People

Appaye Tanga, centenaire : une bonne humeur contagieuse

Appaye Tanga Appaye Tanga entourée de sa famille.

Le mois dernier, Pechaye Sunnassee a fêté ses 100 ans. Elle a vu le jour à Union le 25 juin 1919. Ce petit bout de femme est décrit comme une boule d’énergie par son entourage. Appaye Tanga, comme la surnomment affectueusement ses quatre enfants, dix petits-enfants et dix arrière-petits-enfants, est tellement populaire qu’elle a eu droit à trois célébrations pour fêter ses 100 ans !

Pechaye a eu une enfance difficile. Elle n’a pas eu la chance de connaître ses parents, ces derniers sont morts dès sa naissance. C’est ainsi qu’elle a été élevée par sa tante jusqu’à son mariage qui s’est tenu à Highlands. Elle avait 20 ans. Devenue veuve après le décès de son époux en 1969, Appaye Tanga s’est toujours relevée malgré les nombreuses épreuves de la vie. « Ma mère a commencé à travailler comme laboureuse dans l’industrie sucrière à l’âge de 21 ans. Après le décès de mon père, elle était la seule à faire bouillir la marmite. Elle a travaillé dans ce secteur durant 39 ans. Elle a fait beaucoup de sacrifices afin de nous élever correctement », raconte Jaya, la benjamine de la fratrie.

‘Appaye Tanga’, le cordon bleu de la famille

Appaye Tanga est un cordon bleu. Une réputation méritée et qui lui colle à la peau depuis trois générations. Enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants, tous sont unanimes à ce sujet. D’ailleurs, Jaya le confirme. Elle affirme n’avoir jamais gouté à des plats aussi bien cuisinés que ceux de sa mère. « Le curry de mouton, accompagné de chouchou au masala, est le plat qu’elle cuisinait souvent. Je dois avouer que je n’ai jamais mangé un plat aussi succulent nulle part ailleurs et même quand je le fais, il n’a pas le même goût. Le parfum de ce curry au mouton parle de lui-même. »

Quant au thé, chez Appaye, c’est devenu presque une tradition sacrée pour les petits enfants. « Ah, le thé chez ma mère, c’est quelque chose ! C’est devenu un rituel auquel on ne peut et veut pas y échapper ! Même son de cloche chez les petits-enfants. Il n’y a aucun thé meilleur que celui d’Appaye », dit Jaya d’un air amusé.

Elle utilise toujours son 'ros lave'

Appaye Tanga, toujours de bonne humeur, vit dans la simplicité. Et c’est ce qui explique pourquoi son plat préféré est traditionnel et minimaliste. Il s’agit du chutney de pomme d’amour grillé accompagné de poisson. Mais, attention, la fraicheur est le maître mot, car, il n’est pas question d’utiliser des produits surgelés ! « Ma mère aime que sa nourriture soit préparée avec des ingrédients frais et elle ne mange jamais de surgelé. C’est sans doute le secret de sa longévité », explique Jaya.

À ce jour, malgré ses 100 ans, Appaye Tanga est autonome. Ses enfants s’occupent de la plupart de ses corvées, mais elle insiste à faire certaines d’entre elles, car elle est très méticuleuse. Elle est de la vieille école.

« Ma mère adore raccommoder ses vêtements à la main. De plus, elle refuse de se servir de la machine à laver. Elle aime garder ses vieilles habitudes et utilise toujours le rocher pour faire la lessive comme letan lontan ».

pechaye
Pechaye Sunnassee célébrant ses 100 ans.

Ses loisirs

Appaye Tanga a peut-être 100 ans, mais c’est une mamie avec un cœur d’artichaut et une âme d’enfant. « Vous ne me croirez sans doute pas, mais ma maman adore regarder des dessins animés. Dans ces moments-là, ses yeux sont braqués sur la télévision avec le sourire aux lèvres. La voir ainsi, cela n’a pas de prix », confie Jaya en souriant. Cette dernière révèle aussi que sa mère aime plus que tout jouer aux dominos. « Elle aime jouer aux dominos avec ses petits-enfants. Elle ne sait pas compter, mais elle y joue quand même en suivant les couleurs. Sa détermination est surprenante et c’est ce qui fait la différence chez les gens de l’ancienne génération. Ils ne reculent jamais et font face avec courage aux obstacles. Pour eux la persévérance est une philosophie de vie. »

Une anecdote marquante de sa vie

En mai 2000, Appaye Tanga a mis les pieds pour la première fois dans un avion et cela  lui a marqué l’esprit. son voyage à La Réunion a été son baptême de l'air. « Ma mère était comblée de joie de pouvoir voyager pour la première fois. Cela lui a semblé irréel, car elle n’aurait jamais imaginé que son pied frôlerait un autre sol que celle de son pays natal. Elle était fascinée par La Fournaise qu’elle a eu l’occasion de visiter », raconte Jaya. Ce voyage est gravé dans sa mémoire.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !