People

Anushka Virahsawmy, directrice de Gender Links : «Élever seule ma fille est un de mes plus grands accomplissements»

Anushka Virahsawmy

Qui suis-je ?
« Je suis directrice de Gender Links depuis six ans. J’ai vécu et travaillé pendant une quinzaine d’années en Angleterre où j’ai étudié. À mon retour à Maurice, j’ai été chargée de cours à l'institut Charles Telfair et j'ai travaillé à Accenture avant d’intégrer Gender Links. Je suis mère célibataire d’une fille de 21 ans que j’ai élévée avec l’aide de mes parents. »

Mes passions
« Je suis une grande amoureuse de peinture. Cette passion a débuté durant mes années estudiantines avant de se développer avec le temps. C’est durant ma grossesse que j’ai le plus ressenti ce besoin de peindre. J’ai peint les coups de pied et de tête dans mon ventre et toutes mes émotions. Je peins principalement des tableaux contemporains ou abstraits à l’huile ou à l’acrylique. Je voue aussi une grande passion pour la nourriture. Mo kontan nana et je ne me prive pas. J’aime la bonne bouffe et encore plus découvrir de nouvelles recettes et cuisiner pour les autres. Je me passionne également pour les chaussures, mais aussi les montures. J’en ai huit. Comme je suis très myope, j’ai fait de mes montures un accessoire de mode car j'enlève mes lunettes uniquement pour dormir et me doucher. »

Mes faiblesses
« Je suis trop généreuse. Les gens qui me connaissent me le disent souvent. C’est un plaisir pour moi de donner. J’ai le cœur faible, je fais confiance aveuglément et j’ai souvent eu des coups de pied. Mais j’y travaille… »

Mon plus grand amour
« C’est mon amour pour mon pays. Je veux faire quelque chose pour mon pays parce que je crois dans mon pays et dans la jeunesse mauricienne. Il y a aussi mes parents qui sont la colonne vertébrale de ma vie. C’est grâce à eux, leur amour, leur respect, leur grandeur d’âme que je suis celle que je suis. »

Mes forces
« Ma résilience est ma plus grande force, je ne baisse pas les bras facilement. Lorsque j’ai un but dans la vie, je fais tout pour y arriver tout en pensant aux autres autour de moi car dans la vie nous ne sommes jamais seuls. Il est important de faire du bien en pensant aux autres. C’est ça qui m’a permis d’avancer et de persévérer. »

Je vous dévoile tout

Plutôt…

Jugnauth ou Ramgoolam ?
« Je dirais que les deux ont fait du bon travail. Je parle bien entendu des pères. L’un a mené un combat pour l’indépendance de Maurice et l’autre pour les Chagos. »

Poisson salé ou mine frit ?
« Pourquoi pas un riz frit poisson salé ? J’adore. »

Talons aiguilles et robe de cocktail ou jean-basket ?
« Définitivement jean-basket. Je préfère miser sur le confort. Mais j’avoue avoir toujours une paire de talons aiguilles dans ma voiture… On ne sait jamais. On peut être chic et élégante en jean et talons aiguilles. » (rires)

Casanière ou fêtarde ?
« Un mélange des deux. Je ne suis plus aussi fêtarde qu’avant mais j’aime rencontrer des gens. Avec le temps, j’ai su faire la balance entre les deux. »

Bollywood ou Hollywood ?
« Plutôt Hollywood. J’aime les grands classiques, les comédies, les films dramatiques ou basés sur des histoires vraies. Mais surtout pas les films d’horreur : mo enn gran kapon. »

Pavarotti ou Bob Marley ?
« Les deux car j’adore la musique en général. »

Mes accomplissements

« Ma vie spirituelle… J’ai été baptisée cette année par le père Sullivan. C’est tout un cheminement. J’avais entendu l’appel à l’âge de sept ans mais je ne l’ai pas écouté. Puis il y a eu ma rencontre avec le Pape alors que j’avais 17 ans. J’ai fini par prendre la décision, il y a trois ans, lors d’une visite à Canterberry lorsque j’ai reçu l’appel à nouveau. C’était un choix et aujourd'hui une grâce que je vis au jour le jour. C’est plus qu’un simple accomplissement. Avoir pu élever mon enfant seule est un de mes plus grands accomplissements. Je suis fière de la femme qu’elle est devenue. Aujourd’hui, je souhaite réussir et continuer mon travail auprès de Gender Links. L’année dernière en septembre, nous avons pu construire le shelter Safe Heaven destiné aux jeunes femmes âgées entre 18 et 24 ans. J’ai fait la rencontre de femmes qui n’ont pas eu des vies faciles et nous sommes là pour les écouter et les aiguiller vers le bon chemin. »

Related Article