People

Anousha Junggee : elle propose des sacs ‘éco-responsables’ et originaux

sakili Le lancement de son nouveau projet est prévu dans deux mois.

Anousha Junggee est d’avis qu’être entrepreneure n’est définitivement pas un métier comme les autres. De longues journées de travail à des responsabilités à ne jamais en finir passant par de mauvais payeurs, chaque journée apporte de nouveaux défis. Zoom sur son entreprise « 1950 Design & Print ».

Spécialisée en impression grand format de haute qualité, 1950 Design & Print  offre depuis 2011 une vaste sélection de produits d'affichage, bâches ‘indoor et outdoor’, habillage de véhicule, impression vinyles adhésifs et autocollants grand format pour mur et vitrine, entre autres.

« L'année dernière, nous avons lancé notre premier projet pour l'environnement sous le nom de 'Sakili'.  À travers 'Sakili', nous récupérons les anciennes bâches, toiles ou 'kakémonos' de nos clients pour en faire des sacs, leur donner une deuxième vie », explique Anousha Junggee. Les sacs en bâche  permettent à leurs collaborateurs de communiquer sur leurs actions commerciales et marketing de manière originale. Ainsi, ils se démarquent dans leur action éco-responsable, participent à l’économie circulaire et proposent à leurs clients un objet original qu’ils pourront conserver avec plaisir. Ses principaux clients sont les corporates, majoritairement les grosses boîtes, mais l’entreprise travaille aussi avec beaucoup de jeunes graphistes en mode freelance.  « Nous travaillons aussi avec le public et cela, pendant nos déplacements dans les centres commerciaux où nous proposons nos produits personnalisés », dit-elle.

Les défis

Anousha Junggee n’est pas arrivée dans ce domaine par la chance ou par le hasard.  « Je dois ce succès à mon mari qui est aussi mon partenaire en affaires. Je me souviens comme si c'était hier, du  jour où je partageais avec Nazeem l'idée de me lancer à mon propre compte. Il rigolait parce qu’il ne me voyait, peut-être, pas comme femme entrepreneure.  Moi, j'étais convaincue que cela marcherait en affaires, car je croyais en ses qualités », raconte notre interlocutrice.  En effet, son mari est 'graphic designer'. D'ailleurs, leurs premiers clients se sont accrochés particulièrement pour le service graphique, car à l'époque, ils n'avaient aucune machine et ils sous-traitaient tous les autres services que l'entreprise proposait. Elle soutient que dans l’entrepreneuriat, chaque journée apporte de nouveaux défis. « La différence aujourd’hui c'est que nous connaissons mieux comment les gérer et quoi faire pour surmonter les 'challenges'», dit-elle. Désormais, elle a un nouveau projet qui se concrétise. Le lancement est prévu dans deux mois.

sakili
Anousha Junggee travaille beaucoup avec de jeunes graphistes en mode freelance.

Vie personnelle

Agée de 29 ans,  Anousha Junggee est maman de deux enfants : un fils de dix ans et une fille de cinq ans.  Elle avance que son mari et lui, ont construit un réel duo permettant de partager leurs responsabilités de manière équitable. La femme entrepreneure dit passer beaucoup de son temps libre à regarder les films bollywoodiens et séries télévisées américaines. «  Je passe beaucoup de temps en famille, entourée de ma belle-sœur Reshma, mon mari Nazir et mes deux enfants. Nous avons créé notre petit univers au fils du temps et nous sommes aujourd'hui une famille bien soudée. Le succès de notre entreprise doit aussi à l'encouragement et le soutien inconditionnel de la famille », se réjouit-elle. L’entrepreneure a eu l'occasion d'apprendre le business et l'entreprenariat à travers deux bourses du Young African Leaders Initiative (YALI). La première à l'UNISA en Afrique du Sud et la deuxième à l'Université de Notre Dame, Indiana, aux États-Unis.