Live News

Annonce de l’augmentation de la pension : la force électorale des seniors

Le Premier ministre Pravind Jugnauth fait miroiter une hausse du montant de la pension de vieillesse. Annonce faite lors d’une cérémonie commémorant la Journée internationale des personnes âgées, le jeudi 11 octobre. Commentaires.

Nombreux sont ceux qui y voient un moyen de rallier les senior citizens à leur cause, surtout à l’approche des échéances électorales. Quel est le poids des votes de nos seniors dans les urnes ? Eléments de réponse…

Tenant compte du nombre grandissant de senior citizens dans le pays, le Dr Michael Atchia et le professeur Armoogum Parsuramen sont unanimes à dire que le poids électoral des seniors va en augmentant. « Ils occupent une place importante et tous les partis politiques en sont conscients, de sorte qu’ils font l’effort de les rallier à leur cause. Les seniors analysent les partis politiques en fonction et ce que ces derniers proposent de faire pour eux. C’est pourquoi les partis doivent avoir un programme s’ils espèrent pouvoir toucher cette frange de la population », fait ressortir l’ancien ministre. 

Ils sont rejoints dans leurs propos par Dev Virahsawmy, qui considère que la force électorale des seniors a été constaté lors des élections de 2014, soit lorsque Lalians Lepep a promis d’augmenter le montant de la pension de vieillesse à Rs 5 000. « C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles le Premier ministre actuel envisage une hausse de la pension. Est-ce que cela va marcher une nouvelle fois, sachant que plusieurs autres promesses électorales n’ont pas été concrétisées ? » se demande Dev Virahsawmy. Pour notre interlocuteur, ce serait une erreur de se focaliser sur les seniors pour espérer remporter les élections. « Pa toulezour fet zaco », lance-t-il. 

Votes traditionnels

Pour Dev Virahsawmy, les seniors votent davantage par habitude. « Ils ont des réflexes, des habitudes et pour certains, aller voter est l’occasion de faire une petite sortie », avance-t-il. D’ailleurs, il considère que la grande majorité des seniors, qui ne savent ni lire et écrire, sont plus susceptible de voter « block ». « Sans compter qu’à Maurice, nous avons une tendance à voter par émotion, décision dictée surtout par le ‘noubanisme’ », dit-il. Le Pr Armoogum Parsuramen estime, lui, que les seniors sont beaucoup plus appliqués lorsqu’il s’agit d’accomplir leur devoir civique. « La plupart d’entre eux a vécu à un moment où on n’avait pas le droit de vote et considère cet exercice comme une aubaine », précise-t-il. 

Le Dr Michael Atchia considère que la grande majorité des senior citizens est traditionnelle dans son vote. « Et il est encore moins question de changer lorsqu’on atteint un certain âge », souligne-t-il. Néanmoins, il y aurait des éléments qui, selon le Dr Micheal Atchia, peuvent faire les senior citizens changer d’avis au moment du vote. « Il peut s’agir d’une promesse figurant dans le programme d’un parti qui va susciter leur intérêt et/ou celui de leurs enfants. À l’instar d’une annonce faite récemment pour une éventuelle augmentation du montant de la pension de vieillesse », fait ressortir le scientifique, tout en soulignant que ce sont les jeunes qui vont devoir payer pour que les seniors puissent obtenir « leur part du gâteau ». 

Quoi qu’il en soit, nos interlocuteurs sont tous d’accord pour dire que le seniors ont une influence non négligeable sur le résultat des élections. « Le fait qu’ils constituent un nombre important peut peser lourd dans la balance », déclare le Pr Armoogum Parsuramen. Outre leur propre vote, le Dr Michael Atchia est d’avis que nos aînés peuvent avoir une influence sur le vote des autres. « Nous supposons que les senior citizens, étant à la retraite, ont plus de temps pour étudier les manifestes électoraux et en discuter. Non seulement leur poids va en augmentant, mais devient aussi plus déterminant, car outre leur choix, ils peuvent aussi influencer le choix des membres de leur famille au moment du vote », conclut-il.