Live News

Anciens Présidents et Vice-présidents : ce qu’ils coûtent à l’État 

Pradeep Roopun touche un salaire annuel de Rs 3 552 000  et Eddy Boissézon Rs 2 472 000, sans compter les allocations. Pradeep Roopun (à dr.) touche un salaire annuel de Rs 3 552 000 et Eddy Boissézon Rs 2 472 000, sans compter les allocations.

La République de Maurice sait comment remercier ses anciens présidents et vice-présidents. Dans le premier cas, ils perçoivent chacun Rs 2 936 680 par an. Dans le second, ils reçoivent chacun Rs 2 034 600 par an. Sans compter une berline avec chauffeur et deux employés payés par l’État. Tout cela jusqu’à la fin de leur vie. Ils sont huit dans ce cas-là. 

Une fois la vie de château terminée, ceux qui ont rempli les fonctions de président de la République continuent à jouir d’une rente des plus confortables et d’autres avantages. Idem pour ceux qui ont été vice-présidents. 

Débutons par les titulaires actuels de ces postes. En devenant chef de l’État lundi, Pradeep Roopun touche dorénavant un salaire annuel et non taxable de Rs 3 552 000, en sus d’une Annual Duty Allowance de Rs 853 020, soit un total de Rs 4 405 020. Cette somme est répartie à parts égales sur douze mois. Cela fait donc Rs 367 085 à chaque fin de mois.

Le vice-président Eddy Boissézon, également nommé lundi, perçoit, lui, un salaire annuel de Rs 2 472 000 et une Annual Duty Allowance de Rs 579 600. On parle de Rs 3 051 600 au total par an. Là aussi, la President’s Emoluments and Pension Act (PEPA) de 2016 stipule que cette somme doit être divisée en parts égales payables à chaque fin de mois. Le vice-président empoche donc Rs 254 300 mensuellement. Ce salaire est non imposable. 

Quand Maurice accède au statut de République en 1992, la paie mensuelle du président, incluant une Duty Allowance, est de Rs 45 000. Celle de vice-président est de Rs 34 000. Depuis, la PEPA a été amendée à cinq reprises, et ce uniquement pour accorder des hausses salariales. 

Quand un président ou un vice-président part à la retraite, ce n’est certainement pas pour vivre une vie de spartiate. Ceux qui ont occupé ce poste continuent à toucher deux tiers du salaire de président et de vice-président, et ce jusqu’à leur mort. On ne parle pas du salaire qu’il touchait à l’époque. Le calcul se fait sur la paie actuelle. Cela signifie qu’à chaque hausse perçue par le titulaire du poste, la pension des anciens augmente elle aussi. 

Actuellement, les deux tiers correspondent à Rs 244 723 par mois pour les ex-présidents et Rs 169 533 pour les ex-vice-présidents. L’argent est puisé du Consolidated Fund de l’État. Les anciens chefs d’État mauriciens sont cinq : Cassam Uteem, Karl Offmann, sir Anerood Jugnauth (SAJ), Kailash Purryag et Ameenah Gurib-Fakim. Le Premier président, sir Veerasamy Ringadoo, est décédé en septembre 2000. Il faut inclure Barlen Vyapoory qui a assuré la suppléance comme président pendant plus de huit mois, soit un an et 248 jours. Il devrait donc être éligible à la pension d’un président. Deux personnes touchent la retraite de vice-président : Raouf Bundhun et Monique Ohsan-Bellepeau. 

En contrepartie, ils n’ont plus le droit de prendre « un emploi rémunéré le restant de leur vie ». SAJ a dû renoncer à sa pension de président depuis décembre 2014, et ce jusqu’à novembre dernier.

Ce n’est pas tout. Selon l’article 4(3) de la PEPA, tout ce petit monde bénéficie à vie des services d’un Clerk-Typist et d’un Office Attendant « at government costs », d’une berline et d’un chauffeur. À leur mort, c’est leur épouse ou époux qui continuera à bénéficier de ces retraites. Les 12 mois suivant le décès, l’État accorde la pension complète. Après, elle est réduite de moitié. La veuve d’un président reçoit jusqu’à la fin de sa vie Rs 122 361 par mois et celle d’un vice-président Rs 84 766.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !