Actualités

Analyse comparative des messages de Jugnauth et Ramgoolam

Analyse comparative des messages de Jugnauth et Ramgoolam

Les messages du Nouvel An du Premier ministre Pravind Jugnauth et du leader du Parti Travailliste (PTr), Navin Ramgoolam, valent leur pesant d’or, à l’approche de l’échéance électorale. Le Dimanche/L’Hebdo a demandé à une spécialiste en communication, Dr Roukaya Kasenally, et à un observateur politique, Jocelyn Chan Low, de les analyser.

Dr Roukaya Kasenally : «Un catalogue de généralités»

Dr Roukaya KasenallyAbsence de vision et de stratégie claire. C’est ainsi que le Dr Roukaya Kasenally résume les discours de Nouvel An du Premier ministre Pravind Jugnauth et du leader du Parti Travailliste, Navin Ramgoolam, à la nation mauricienne. La chargée de cours à l’université de Maurice et co-fondatrice du Mauritius Society Renewal est d’avis que les deux discours constituent un catalogue de généralités. « Telle une liste de tâches à effectuer : nous le ferons si vous nous votez, etc. Il n’y a cependant pas de vision ou de stratégie vraiment claire », estime le Dr Roukaya Kasenally, qui dresse une analyse comparative des deux discours en onze points.

Durée. Une moyenne de 15 minutes pour chacun des deux discours. 

Diffusion. L’un est diffusé sur la MBC et l’autre sur YouTube.

Audience. Les deux s’adressent à la nation – au citoyen mauricien.

Contraste. Le discours de Pravind Jugnauth met l’accent sur les changements positifs et modernes apportés par son gouvernement depuis 2014 et plus particulièrement en 2018. Celui de Navin Ramgoolam décrit un pays extrêmement sombre, négatif et endetté, rongé par la drogue, la corruption, une mauvaise gestion des institutions et une dette publique élevée. Ainsi, d’un côté, il y a des changements positifs qui ont amélioré la vie du Mauricien moyen et de l’autre, la corruption, les injustices, les inégalités, etc.

Généralités. Pravind Jugnauth est resté assez vague lors de son discours et a parlé en termes généraux et pas en termes de concrétisations précises, notamment en ce qui concerne les sujets sur lesquels son gouvernement travaille : hôpitaux publics, aménagement de routes, logements sociaux, etc.

Drogue. Pravind Jugnauth aborde rarement les principaux défis auxquels est confrontée la société mauricienne, par exemple, la drogue à Maurice. Alors que Navin Ramgoolam, lui, s’est beaucoup appesanti sur ce problème et de la façon dont la drogue est en train de détruire notre société.

Du tac au tac. Navin Ramgoolam répond du tac au tac sur les différents sujets abordés par Pravind Jugnauth lors de son discours, surtout ses réalisations : Metro Express, aménagement de routes, logement social, Jeux des îles, etc.

Ton. Le Premier ministre est calme, même si son ton est quelque peu ennuyeux, car il semble lire un texte soigneusement travaillé. Il fait aussi souvent référence à la rhétorique : « développement pour tous ».
Navin Ramgoolam a un ton beaucoup plus engageant. Il soulève un certain nombre de questions clés — invitant les Mauriciens à réfléchir, à remettre en question certains des projets phares de Pravind Jugnauth. D’ailleurs, Navin Ramgoolam ne se réfère jamais à Pravind Jugnauth en tant que Premier ministre dans son discours, mais à « Premier ministre l’imposte », pour le délégitimer.

Élections. Le discours de Navin Ramgoolam est hautement politique et se réfère à 2019 comme l’année électorale, alors que Pravind Jugnauth ne parle pas, ne serait-ce qu’une seule fois, de 2019 comme une année électorale.

Gratuité. Navin Ramgoolam commence son discours en soulignant que le Parti Travailliste a fait de Maurice un État providence et qu’il est à l’origine de l’éducation et de la santé gratuites.

Jeunesse. À la fin de son discours, Pravind Jugnauth a annoncé la gratuité de l’enseignement supérieur. Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam ciblent les jeunes comme un segment important.


Jocelyn Chan Low : «Une lutte sans merci entre les deux leaders»

Jocelyn Chan LowMobilisation. C’est ainsi que Jocelyn Chan Low, historien et observateur politique, qualifie les discours de Pravind Jugnauth et de Navin Ramgoolam pour le Nouvel An. Deux « prétendants au poste de Premier ministre » aux prochaines élections. 

Selon lui, Pravind Jugnauth a choisi de tabler sur les réalisations de son gouvernement, afin de raviver, d’une part, un sentiment de feel good factor et d’autre part pour faire oublier les « casseroles » accumulées par son gouvernement. « Il a voulu montrer qu’il a à cœur l’intérêt du pays, citant la croissance et les développements. Et aussi, mettre un fort accent sur le social à travers le salaire minimum et la Negative Income Tax », dit-il. 

L’annonce entourant l’éducation tertiaire gratuite est considérée comme une « mesure choc » par Jocelyn Chan Low. « Sauf que l’éducation tertiaire est déjà gratuite depuis 1970 », fait-il ressortir. Cette mesure s’adresserait en fait, selon lui, à ceux qui font des études à temps partiel.

« Pravind Jugnauth a voulu jouer dessus. Néanmoins, en tant qu’ex-doyen de l’université, je considère que la mesure en elle-même est une bonne chose, car cela donne l’occasion aux Mauriciens, que ce soit des jeunes ou des moins jeunes, de faire des études et de se former tout au long de leur vie et d’avancer dans l’existence. Mais pour que cette mesure soit une réussite, il y a d’autres aspects à prendre en considération, le problème de mismatch, par exemple », souligne-t-il. Et d’ajouter que « politiquement, Pravind Jugnauth a frappé fort ». 

Rôle de challengeur

Commentant le discours de l’ancien Premier ministre, Jocelyn Chan Low indique que Navin Ramgoolam s’est mis dans le rôle de challengeur et d’opposition. « Il cible les scandales ou encore tout ce que le public n’aime pas. L’ancien Premier ministre choisit ainsi de s’appesantir sur le côté obscur des choses. D’où son choix d’évoquer dans son discours le Metro Express, par exemple, ou encore le complexe sportif de Côte-d’Or », ajoute l’historien.   
De plus, l’objectif du renouvellement des instances du Parti Travailliste, annoncé par Navin Ramgoolam, serait double, à en croire Jocelyn Chan Low. « D’abord, tenter de faire oublier les frasques accumulées durant son mandat de 2005 à 2014, car c’est vrai qu’à Maurice, l’électorat a tendance à avoir la mémoire courte. C’est d’ailleurs une habitude chez lui, celle de renouveler au moins un tiers de ses députés. Vu qu’il n’en a pas beaucoup en ce moment, il peut se permettre d’en renouveler davantage », dit-il.

De plus, Jocelyn Chan Low soutient que les Mauriciens sont nombreux à penser que les décideurs sont trop âgés. « Pravind Jugnauth a l’avantage d’incarner cette jeunesse. Une jeunesse dont ne jouit plus Navin Ramgoolam. Alors il propose, à la place, de s’entourer de jeunes. D’où son appel à cette tranche de la population pour rejoindre le parti », ajoute l’historien.  

Père Noël

Ainsi, pour l’année en cours, Jocelyn Chan Low prévoit une lutte sans merci entre Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam. D’un côté, dit-il, les annonces « électoralistes » vont continuer à pleuvoir du côté du gouvernement, car il estime que le Mouvement socialiste militant a des difficultés à rallier derrière lui l’électorat, étant en perte de vitesse.

« Pravind Jugnauth pourra même continuer à puiser dans les caisses de l’État en vue de mettre en place plus de mesures sociales. Il pourra s’amuser à jouer au Père Noël tout au long de l’année », avance-t-il. 

De plus, Jocelyn Chan Low est d’avis que Pravind Jugnauth devra ouvrir les portes à d’éventuels alliés, en vue d’augmenter ses chances lors des prochaines élections. « Il me semble que le salut du gouvernement réside auprès du Mouvement militant mauricien. Même si ce dernier a exprimé son souhait d’aller seul aux élections, il y a néanmoins des tentatives de koz koze », avance-t-il.

Le Parti mauricien social-démocrate aurait toutefois définitivement fermé les portes, selon Jocelyn Chan Low, avec ses réclamations entourant un recensement ethnique. Quant au Parti Travailliste, l’observateur politique est d’avis que celui-ci viendra avec « un esprit de vengeance ».

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !