Faits Divers

Amrita Asserigadu, 38 ans, meurt dans un accident - Son compagnon : «Elle m’a dit qu’elle était souffrante»

Le beau-frère de la victime. Le beau-frère de la victime.

Comment Amitra Asserigadu, 38 ans, qui habite à  Cité Sainte-Catherine, Saint-Pierre, s’est-elle retrouvée à Flic-en-Flac où elle a été renversée par une fourgonnette ? Lorsqu’elle avait quitté la maison, lundi matin, son compagnon pensait qu’elle se rendait à une boutique de la localité. Durant environ trente-six heures ses proches sont restés sans nouvelles d’elle.

Après l’accident, survenu aux petites heures de mardi, la police a eu du mal pour confirmer son identité. Le chauffeur de la fourgonnette a été inculpé d’homicide involontaire.

Le compagnon de la victime, Wesley, 38 ans, n’arrive pas à expliquer la présence de la trentenaire à Flic-en-Flac à une heure pareille.  « Elle m’avait indiqué qu’elle était souffrante, mais sans rentrer dans les détails », dit-il. Lundi, la femme s’est réveillée tôt pour faire le ménage.

« Vers 7 heures, elle est sortie », poursuit Wesley.

Ce dernier pensait qu’elle s’était rendue à une boutique de la région. « Quand je suis retourné du travail, elle n’était toujours pas rentrée. Il commençait à faire nuit, cela m’a inquiété », explique Wesley. Elle n’est jamais rentrée.

Selon le beau-frère d’Amrita, la jeune femme avait dit qu’elle se rendait à l’hôpital. 

Ses proches sont également inconsolables. «  Nous ne savons pas ce qui a bien pu se passer. Nous savons qu’elle a l’habitude de résider dans un centre, mais pas plus », indique son frère.

Elle s’est retrouvée à Flic-en-Flac. Vers 1 heure mardi, alors que la quadragénaire marchait à proximité de la station de service Total, elle a été renversée par une fourgonnette. Le véhicule conduit par un habitant de la localité a fini sa course dans un buisson. Les policiers de Flic-en-Flac et une ambulance ont été appelés sur les lieux de l’accident. Le médecin de service n’a pu que constater le décès de la dame.  Le chauffeur de la fourgonnette s’est soumis à un alcotest qui s’est avéré négatif.

Dans un premier temps, la victime n’a pu être identifiée. Ce n’est que mardi après-midi que la police a pu confirmer son identité. Selon l’autopsie la victime a succombé à de multiples blessures. Après une nuit en cellule policière, le conducteur a été présenté en cour de Bambous mardi. Il répond d’une charge provisoire d’homicide involontaire.

Amrita Asserigadu laisse derrière elle deux fils âgés de 18 et 15 ans et une fille de huit ans. Ses funérailles sont prévues pour ce mercredi.

La victime « en larmes » peu avant le drame

Un automobiliste qui traversait la région peu avant l’accident affirme avoir vu la victime. Elle pleurait à chaudes larmes. « La dame marchait au beau milieu de la route. Elle avait des larmes aux yeux », a raconté l’automobiliste à Radio Plus. Mais, la quadragénaire n’a pas voulu se rendre au poste de police, explique l’automobiliste. Ce dernier dit avoir appris, par la suite, que la dame a été victime d’un accident de la route.