Faits Divers

Amour, jalousie et vengeance - Le suspect : «Je l’ai étranglée et jetée dans un ravin»

Sarah Benazir Gheesa et Abhishek Dhunsoo

Mithileshwarsingh Dhunsoo voulait avoir une discussion avec Sarah Benazir Gheesa. Il voulait savoir pourquoi elle ne voulait pas de lui. Jeudi matin, leur rencontre a tourné en une vive altercation, puis au drame. Le jeune homme l’a agressée avant de l’étrangler et l'a jetée dans un ravin aux Mariannes. Il a ensuite attenté à sa vie. Arrêté pour meurtre, il se retrouve à l’hôpital.

L’amour l’a poussé au meurtre. Mithileshwarsingh (Abhishek) Dhunsoo, un mécanicien de 28 ans, habitant d’Epinay, n’a pas digéré que Sarah Benazir Gheesa, âgée, elle, de 25 ans, le quitte.

Jeudi matin, le jeune homme a attendu Sarah Benazir à un arrêt de bus à Terre-Rouge. Il était dans la voiture d’un client. Selon des amies de l’enseignante, elle aurait pris place dans le véhicule. Elles ont alors informé les parents de Sarah Benazir Gheesa. Depuis, la jeune femme est injoignable. Ses proches se sont mis à sa recherche, mais en vain. Bibi Khoreissa Gheesa, âgée de 58 ans, a consigné une déposition au poste de police de Pamplemousses pour signaler la disparition de sa fille.

Peu après, un sergent s’est rendu chez le suspect. Abhishek Dhunsoo a expliqué à la police que, jeudi, il a rencontré Sarah, « sa petite-amie » à Terre-Rouge. Ils se sont rendus aux Mariannes non loin d’un centre de bien-être pour discuter. Le sergent a constaté que le mécanicien avait des marques rougeâtres au cou. Il a interrogé les proches du mécanicien qui ont expliqué que le jeune homme a tenté de mettre fin à sa vie et qu’il souffrait de dépression. Abhishek Dhunsoo a été transporté à l’hôpital SSRN où il est admis en salle.

Anguille sous roche 

Les enquêteurs ont flairé quelque chose de louche. Abhishek Dhunsoo était rentré à la maison avec une seule chaussure. Les policiers et les officiers du Helicopter Squadron ont effectué une battue. Entre-temps, la police a appris que, mercredi, Abhishek Dhunsoo et Sarah avaient eu une violente dispute. Une collègue de la jeune femme a confirmé que le mécanicien s’était bien pointé au collège.

Vendredi matin, le sergent Kawol, de la Major Crime Investigation Team (MCIT), a interrogé le jeune homme qui n’a pas tardé à tout avouer. Abhishek Dhunsoo dit que cela fait cinq ans qu’il était amoureux de Sarah. Mais elle voulait tout arrêter. Selon le mécanicien, pour lui prouver son amour, il avait accepté de changer de religion. Jeudi, vers 10 heures, ils se sont rendus aux Mariannes et Sarah lui a avoué avoir trouvé quelqu’un d’autre.

Ne digérant pas cet aveu, il l’a agressée, l’a étranglée avant de balancer son corps dans un ravin. Abhishek Dhunsoo s’est ensuite dirigé vers la colline Mon Amour où il a essayé de se pendre avec sa ceinture. La ceinture s’est cassée. Il est retourné chez lui et s’est enfermé dans sa chambre. Vers 18 heures, il a essayé de mettre fin à sa vie avec un fil électrique. Mais ses proches sont intervenus à temps.

Une fois en présence de ses aveux, les limiers de la MCIT l’ont conduit aux Mariannes. Il a indiqué le lieu du crime. Le suspect comparaîtra devant un tribunal sous une charge provisoire de meurtre. La voiture a été conduite au poste de police de Pamplemousses pour être examinée. Le portable de la jeune femme n’a cependant pas encore été retrouvé.

Le corps de Sarah Benazir Gheesa a été transporté à la morgue par l’inspecteur Sunnia. Le médecin légiste en chef, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, et le médecin légiste Dr Prem Chummun ont attribué le décès à une strangulation. Les funérailles de Sarah Benazir devront avoir lieu ce samedi à 10 heures. L’enquête est menée par le sergent Kawol et l’inspecteur Ramjheetun sous la supervision de l’assistant-surintendant de police Gérard et du Divisional Commander, le surintendant de police Dawoonarain.