Politique

Amendements aux lois du travail : Subron exhorte ses confrères à ne pas se transformer en «agents» du GM

Ashok Subron

Rezistans ek Alternativ (ReA) a réuni la presse au siège du parti, à Moka, samedi. Un des intervenants, à savoir David Sauvage, a commenté le Wetland Bill et l’enquête menée par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) concernant les fonds déboursés pour Maurice, tandis qu’Ashok Subron a abordé la Political Financing Bill et les atteintes aux lois du travail.

Ashok Subron a attiré l’attention de ses confrères syndicalistes sur « les dangers » que représentaient les deux lois du travail présentées en première lecture, mardi au Parlement, et leur demande de ne pas « retourner leur veste ».

Il a qualifié de « louche et suspect » le comportement du ministre de l’Environnement, Etienne Sinatambou, et celui de Mahen Seeruttun, ministre de l’Ago-industrie, sur le dossier du groupe New Mauritius Hotels et Les Salines. « Qu’ils viennent nous prouver le contraire ! » a-t-il insisté. Ashok Subron a ensuite commenté le Political Financing Bill. « On cherche à transformer les campagnes électorales en une activité industrielle, où l’argent est dominant. Lorsque l’argent sale, ou émanant de transactions illicites, est introduit, c’est une corruption de la démocratie qui a tendance à influencer les décisions socio-économique et environnementale d’un gouvernement », fait ressortir Ashok Subron.

Pire que Shakeel Mohammed

Il a ensuite abordé les deux projets de loi sur le travail, à savoir l’Employment Relations (Amendment) Bill et la Workers’ Rights Bill. « Ces deux textes sont dangereux, produits par des braconniers et correspondant à la vision de l’élite économique. J’appelle à la vigilance des syndicalistes. Ne vous laissez pas entraîner par des mesures ‘poudre aux yeux’, qui sont en train d’être présentées. Je vous demande de constater les dangers de ces deux projets de loi et de ne pas vous transformer en des agents du gouvernement et du secteur privé », a-t-il dit. Selon Ashok Subron, ces amendements aux lois du travail sont pires que ceux introduits par Shakeel Mohammed, en 2012.

« Ils signifient le commencement de la fin des négociations collectives et du droit de grève », a ajouté Ashok Subron. « Ils risquent d’affaiblir l’ensemble des travailleurs et de permettre aux institutions telles que le Comité conciliation et médiation  de rejeter les conflits de travail. »

Parlant des Wetlands, David Sauvage a fait ressortir que « 90 % des Wetlands ont subi des comblages et 60 % ont été fragmentés. La situation peut être plus grave de nos jours. On doit aussi évoquer le comité national Ramsar, qui est une coquille vide qui valide des projets. Un Wetland ne survit pas seul, car il doit y avoir un cours d’eau naturel se situant à proximité. » Il a ajouté que le gouvernement doit revenir sur l’étude menée par des experts américains en 2009, disant qu’« Un Wetland Bill n’est pas suffisant et que Maurice doit adopter une loi plus large », avance-t-il.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !