Actualités

Ameenah Gurib-Fakim à I’Icac : l’ex-présidente cuisinée sur sa proximité avec Alvaro Sobrinho

Ameenah Gurib-Fakim Ameenah Gurib-Fakim sortant des locaux de l’Icac après sa première audition, le 16 mai.

L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) tente d’éclaircir le mystère entourant l’homme d’affaires angolais Alvaro Sobrinho à Maurice. Elle a passé au crible les liens entre l’ex-présidente de la République Ameenah Gurib-Fakim et le businessman.

L’ancienne chef d’État a été confrontée pendant plus de deux heures sur les documents saisis dans l’enquête sur le controversé homme d’affaires angolais, Alvaro Sobrinho. Lors de sa première audition à 14h00 le mercredi 16 mai, Ameenah Gurib-Fakim a dû s’expliquer sur sa relation avec l’investisseur controversé. Elle a été questionnée sur le va et vient des proches d’Alvaro Sobrinho à plusieurs reprises à la State House.

Les enquêteurs ont voulu savoir plus sur le rôle d’Ameenah Gurib-Fakim dans cette affaire alors qu’elle occupait le fauteuil de la présidence. Les hommes de Navin Beekharry veulent tirer au clair si l’ex-présidente aurait donné des instructions pour que des entrées à la State House ne soient pas inscrites dans le Log Book des visiteurs. Ce sujet a été aussi à l’agenda de cette audition après que les officiers de l’ICAC avaient effectué deux descentes au Château du Réduit. Les enquêteurs avaient établi que certaines visites à la State House ne figurent pas dans le Gate Record Register. Le mois dernier, le policier Ridwan Muhammad, qui occupait le poste d’aide de camp de l’ex-présidence, a été entendu à ce sujet.

Lors de cette première audition, la Commission anti-corruption a recherché des précisions sur l’implication d’Ameenah Gurib-Fakim dans les demandes d’autorisation d’investissements du banquier angolais. Les hommes de Navin Beekharry souhaitent établir si elle est personnellement intervenue pour faire avancer ses demandes ou si elle aurait mandaté une tierce personne affectée à la State House pour passer des appels à l’ex-Board of Investment (BOI) ou à une autre institution. Auparavant, l’Icac avait entendu Ken Poonoosamy, l’ex-directeur du BOI.

Bibi Ameenah Firdaus Gurib-Fakim a été contrainte à soumettre sa démission le 23 mars dernier après l’éclatement du scandale lié à l’utilisation d’une carte de crédit que lui avait offerte l’ONG Planet Earth Institute dirigée par Alvaro Sobrinho.


 

Les dessous de la convocation : la carte Platinum a entraîné sa chute

L’ex- présidente de la République Ameenah Gurib-Fakim a quitté son poste le vendredi 23 mars dernier suite à une polémique concernant l’utilisation de la carte Platinum mise à sa disposition par le Planet Earth Institute (PEI).  Le 4 mars dernier elle avait émis un communiqué indiquant qu’elle a dépensé un total de USD 26 000 (Rs 860 000) à partir de la carte Platinum.

Mais par la suite des documents ont circulé attestant qu’Ameenah Gurib-Fakim a dépensé environ USD 75 000 ( Rs 2, 2 millions) avec la  carte. Ces dépenses ont été effectuées durant la période du 23 septembre 2016 au 23 février 2017. Cette carte du PEI mise à sa disposition devait couvrir les dépenses de l’ex- présidente pour ses activités et voyages liés à cette organisation non gouvernementale et non pour ses dépenses personnelles.  En cinq mois cette carte a été utilisée à 63 reprises. C’est le 15 octobre 2016 au Duty Free à Dubaï que les plus gros achats ont été fait pour un montant d’environ Rs 304 605, 66. Puis le 28 octobre 2016 à Shiv Jewels un montant de Rs 280 000 a été puisé de la carte. Le 3 novembre soit quelques jours plus tard, des achats sont effectués au même magasin. Ensuite, une somme de Rs 207 951,87 a été dépensée au Dubai Duty Free le 2 décembre 2016.  Après l’éclatement de cette affaire, Ameenah Gurib-Fakim a soutenu avoir remboursé tous ces achats en mars 2017.


Elle devra y retourner

Selon une source proche de l’enquête, l’ex-présidente devra retourner au Reduit Triangle pour une autre audition. Mais à mercredi soir, la date n’avait pas encore été fixée. Tout porte à croire qu’elle sera de nouveau auditionnée après la mi-juin. à ce stade, ni les enquêteurs ni l’entourage d’Ameenah Gurib-Fakim n’ont voulu préciser si la première audition était à titre de témoin ou under-warning. à noter que l’ancienne Chef d’état sera présente à la conférence Africa Blockchain en Ouganda les 23 et 24 mai.


Me Hervé Duval Jr : « Ma cliente espère que sa réputation sera rétablie »

L’ancienne présidente de la République Ameenah Gurib-Fakim a retenu les services de Me Hervé Duval Jr pour assurer sa défense à l’Icac. Dans une brève déclaration à sa sortie, l’homme de loi a souligné que sa cliente aidera à rétablir les faits. « Ma cliente a toujours soutenu et continuera à soutenir toutes les démarches qui rétabliront les faits. Elle est prête à aider et espère que sa réputation sera rétablie. » De son côté, Ameenah Gurib-Fakim n’a pas souhaité faire une déclaration à sa sortie.