Actualités

Allocations aux sinistrés : colère et frustration perdurent

Allocations aux sinistrés Les protestataires estiment avoir eux aussi droit à l’allocation du Prime Minister’s Relief Fund.

Ceux qui se disent victimes des inondations de début avril ont continué à exprimer leur colère et leur frustration le jeudi 25 avril 2019. La confusion règne toujours quant à savoir qui est éligible ou pas à une allocation sous le Prime Minister’s Relief Fund.

Après les débordements aux abords des bureaux de la Sécurité sociale de Terre-Rouge et de l’Astor Court il y a quelques jours, c’était au tour du bureau de la NPF à Port-Louis de connaître une poussée de fièvre le jeudi 25 avril. Et la tension n’est pas non plus redescendue à l’Astor Court. Les sinistrés présents ne comprennent toujours pas pourquoi ils n’ont pas reçu l’allocation prévue par le Prime Minister’s Relief Fund – soit Rs 3 000 pour les moins de 18 ans et Rs 6 000 pour les adultes –, alors que les habitants de Fond-du-Sac en ont perçue après les inondations du 9 avril 2019. 

Les protestataires estiment avoir eux aussi droit à une telle compensation car, disent-ils, leurs effets personnels ont été abîmés, voire détruits lors des averses de février et de début avril. Certitude que le ministre de la Sécurité sociale Étienne Sinatambou semble avoir confirmée dans sa réponse à l’Assemblée nationale le mardi 23 avril 2019. Le retard dans le paiement des allocations exaspère. 

« Nous avons reçu de nombreuses demandes. Nous sommes en train de traiter les dossiers, mais cela prend un peu de temps », se défend Ahmed Janoo, commissaire à la Sécurité sociale. « Chaque demande est examinée au préalable. Il faut déterminer ceux qui sont éligibles. Pas facile de distinguer les personnes dont les cas sont genuine de celles qui tentent de profiter de la situation », dit-il. 

Il ajoute que les critères sont stricts. « Les victimes dont les effets personnels ont été endommagés ou perdus doivent faire une déposition au poste de police le plus proche de leur domicile. Elles recevront une certification et la liste des effets perdus. Elles la présenteront à la Sécurité sociale pour faire une demande pour une allocation sous le Prime Minister’s Relief Fund. » Le montant de l’allocation dépendra du degré des dommages subis. 

Ahmed Janoo se défend : « Il n’y a pas eu de manque de communication. Ceux qui font des demandes pour une allocation pensent qu’ils sont tous éligibles à celle prévue par le Prime Minister’s Relief Fund. Ils se disent sans doute que si les sinistrés de Fond-du-Sac et de Cottage ont été indemnisés, pourquoi pas eux. » 

Un officier indique, sous le couvert de l’anonymat, qu’il n’y aurait pas eu de cafouillage « si le public avait été mieux informé sur cette allocation et si les dossiers avaient été traités par ordre alphabétique ». Il impute ce retard au fait que nombre de sinistrés, qui n’ont rien réclamé après les averses de février, se sont précipités vers les bureaux de la Sécu dans l’espoir de toucher l’allocation de Rs 3 000 ou ou de Rs 6 000. « D’où leur colère et frustration », dit-il.

Ahmed Janoo soutient que ses officiers travaillent d’arrache-pied pour traiter les dossiers au plus vite. « Je leur demanderai de faire des heures supplémentaires ce week-end », dit-il.


Des officiers de la Sécu crient au scandale 

« Nous avons été humiliés par un de nos supérieurs. Il nous a traités comme des moins-que-rien. » C’est ce qu’allèguent des officiers de divers bureaux de la Sécurité sociale venus prêter main forte à leurs collègues de Port-Louis. « Nous n’avons pas bénéficié de la sécurité escomptée, le lundi 22 avril. Ce qui nous a contraints à quitter nos postes. D’où la colère de notre supérieur. » Interrogé, ce dernier affirme qu’il a lui-même été « séquestré » par les sinistrés, car il ne pouvait pas quitter son bureau. Pour les officiers concernés, « un supérieur ne peut pas nous parler avec autant d’arrogance. Il aurait dû veiller à se qu’on puisse travailler dans de bonnes conditions, malgré la fureur à l’extérieur. »


Critères à remplir

Rs 182. C’est le montant de la Flood Allowance versée par tête dans chaque famille si les denrées alimentaires ont été abîmées. Une déposition doit être faite au poste de police avec une liste des aliments perdus. Pour l’allocation sous le Prime Minister’s Relief Fund, les procédures sont les mêmes, mais elle ne concerne que les effets personnels perdus ou abîmés. Les victimes doivent ensuite se rendre à Sécurité sociale pour présenter une pièce d’identité, un acte de naissance pour les mineurs et un acte de mariage. La police devra avoir fait un constat des dégâts. 

Rs 21,13 M payées 

Dans la réponse à la Private Notice Question du leader de l’opposition, Étienne Sinatambou a déclaré, le mardi 23 avril, qu’un montant total de Rs 21 130 000 a été payé aux sinistrés. En sus du paiement fait (comme indiqué dans le tableau ci-dessous), un paiement additionnel a été fait à l’Astor Court, le lundi 22 avril, à l’intention des habitants de Cassis, Sainte-Croix, Roche-Bois, cité-La Cure et Tranquebar, soit pour 92 maisons et un montant de Rs 1,27 million.

Paiement des allocations suite aux inondations

Régions No de maison Montants
Fond du Sac 103 1,836,000
Tranquebar 111 1,629,000
Cottage 45 903,000
Résidence La Cure 49 780,000
Pamplemousses 123 1,998,000
Pointe aux Sables 139 2,397,000
Terre Rouge 139 2,451,000
Bambous 80 1,623,000
Ste Croix et Roche-Bois 103 1,779,000
Petite Rivière et Richelieu 52 1,149,000
Goodlands 17 291,000
Baie du Tombeau 34 543,000
Montagne Longue 22 288,000
Riche Terre 33 582,000
Riviere du Rempart,  17 291,000
Plaine des Roches, Hermitage, Pointe des Lascars
Cassis 65 1,230,000
Mapou 6 90,000
Total 1138 19860000

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyer-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Made for more