Live News

Allégations de négligence médicale : Enquête sur le décès troublant d’une fille de 10 ans à l’hôpital

La fillette avait été admise à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo en début de semaine pour une opération de l’appendicite. La fillette avait été admise à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo en début de semaine pour une opération de l’appendicite.

Le père estime que son enfant n’a pas eu les soins appropriés alors qu’elle agonisait

«Si koumansman mem personel swagnan ti dir dokter vini, mo zanfan ti pou ankor an vi zordi. » Cri du cœur d’un homme dont la fille de 10 ans est décédée dans des circonstances troublantes et tragiques à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo le mardi 22 novembre 2022. Pour lui, il ne fait aucun doute qu’il y a eu négligence médicale. Cet habitant de St-Pierre de 51 ans a porté plainte à la police.

Le ministère de la Santé a ouvert une enquête interne. « Dès que le rapport sera prêt, il sera remis à la police. L’état de santé de la petite était compliqué », indique un préposé. L’autopsie pratiquée mercredi a conclu à une « aspiration pneumonia ». La fillette avait été admise à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo en début de semaine pour une opération de l’appendicite.

C’est le jeudi 24 novembre 2022 qu’ont eu lieu les funérailles, plongeant une famille entière dans le désarroi. Les proches reprochent au personnel soignant de l’hôpital sa passivité alors
que l’enfant agonisait. Ils accusent les employés de la salle dans laquelle se trouvait la fillette d’avoir tardé à appeler le médecin alors que son état de santé se détériorait.

C’est non sans peine que le père raconte les derniers jours de sa fille. « Dimanche soir, elle a ressenti des douleurs atroces au ventre. Je l’ai transportée à l’hôpital Victoria de Candos vers minuit et demi. Un pédiatre l’a auscultée. Elle a reçu une injection afin de calmer la douleur car il s’agissait alors peut-être d’une colique », explique le quinquagénaire.

La douleur s’est effectivement estompée au bout d’une demi-heure. « Le médecin lui a prescrit des antidouleurs et des comprimés pour la colique avant de l’autoriser à rentrer à la maison », relate le père.
Mais les douleurs ont repris dans la soirée de lundi à mardi. « Mo tifi inn rekoumans vomi. Monn bizin real lopital Candos », dit-il. L’enfant a été auscultée par un autre pédiatre. « On lui a de nouveau fait une injection pour calmer la douleur et une autre pour les vomissements. ‘Inn dir linn gagn enn’ acute gastro. ‘Akoz sa mem inn donn li antibiotik, sipozitwar pou vomisman ek siro panadol. Nou finn retournn lakaz’. »

Une fois chez elle, la fillette a pris ses médicaments. « La douleur s’est calmée. Elle s’est de nouveau assoupie », raconte le papa. Or, vers 10 heures, elle a été assaillie une nouvelle fois par la douleur. « Li ti pe vomi. Li pa ti pe bien mem. Monn amenn li kot enn dokter prive. Kouma inn get so vant, li dir pa kolik sa. Li dir se lapindis ki pe donn li douler. Linn donn nou papie pou li admet direk lopital », explique le quinquagénaire.

Le couple s’est précipité à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo où son enfant a été admise. Elle a subi une intervention chirurgicale. « Linn oper lapendis ver 18 h 30 », ajoute le père. Les proches espéraient une amélioration, mais l’état de santé de la petite s’est détérioré. Sa mère est restée à son chevet.

« Pandan la nwit mo zanfan inn soufer. Linn demann so mama delo. Linn vomi. Mo madam finn inform bann Nurse la, me zot inn dir li ki li normal sa. Mo madam finn demann zot telefonn dokter. Mo tifi so lizie ti pe vir blan. Li ti pe vomi em. Zot dir ki pou dir dokter. Lezot dimounn dan lasal inn trouve kouma nou zanfant ti pe soufer », regrette-t-il.

Vers 4 heures, sur l’insistance de la maman, un médecin s’est rendu au chevet de l’enfant. Il l’a aussitôt fait placer à l’unité des soins intensifs. « Zot dir vomi inn fini rant dan so poumon », raconte le père. La fillette a fini par succomber mardi matin.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !