Faits Divers

Allégations d’attouchements aux Jeux du Commonwealth : la police australienne ouvre une enquête criminelle 

Kaysee Teeroovengadum

Kaysee Teeroovengadum a finalement été sommé de quitter le village des Jeux du Commonwealth. Une décision prise  ce mercredi 4 avril, au lendemain de la plainte déposée par la lanceuse de javelot Jessika Rosun contre l’ex-chef de mission du Club Maurice pour harcèlement sexuel. Toutefois, Kaysee Teeroovengadum n’a pas le droit de quitter le sol australien. 

La police de Queensland, en Australie, confirme l’ouverture d’une enquête criminelle à la suite de la  plainte déposée par l’athlète mauricienne pour harcèlement sexuel contre l’ancien chef de mission.

Selon l’agence de presse Reuters, le commissaire adjoint de la police du Queensland, Steve Gollschewski, affirme que cette affaire est prise très au sérieux. Il est d’avis que la police est en mesure de la résoudre dans les jours qui viennent. 

Si, au départ, Steve Gollschewski déclarait que les accusations portées contre Kaysee Teeroovengadum n’étaient pas de nature à l’empêcher de quitter le pays, les choses ont par la suite changé. L’ex-chef de mission a dû quitter le village des Jeux et il lui est interdit  de quitter le sol australien. Des sportifs et des dirigeants ont aussi été convoqués par la police australienne pour les besoins de l’enquête.

Le directeur général de la Fédération des Jeux du Commonwealth, David Grevemberg se veut rassurant : des mesures appropriées ont été prises pour protéger les athlètes. A Reuters, il a tenu à réaffirmer la position de la Fédération des Jeux du Commonwealth face à ce genre d’incident : «There is absolutely, again, similar to cheating, zero tolerance for abusive behavior of any nature. There’s just no place for that at the Commonwealth Games.»

 

  • Ed nou pou kont ou!

Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !