Live News

Allégations d’abus sexuels sur mineurs dans une école spécialisée - La responsable de l’institution : «C’est un comité qui a décidé du recrutement de l’orthophoniste»

L’orthophoniste incriminé, lors de sa comparution en cour.

La police de Barkly en charge des investigations sur les abus sexuels sur enfants au sein d’un établissement spécialisé de Beau-Bassin, veut faire la lumière sur le recrutement d’Ibrahim Sorefan, 24 ans, suspect dans cette affaire. Le mardi 28 juin, la responsable de l’école a été interrogée par les enquêteurs. Elle s’est justifiée.

Entendue par les hommes du chef inspecteur Rajesh Moorghen et du sergent Marden, celle-ci s’est expliquée. Elle a soutenu que le jeune homme avait envoyé sa candidature pour exercer au sein de l’établissement en tant qu’orthophoniste et qu’au vu de ses qualifications, il n’y avait aucun souci. Toutefois, ce fut une décision collective quant à déterminer s’il allait être pris. « Il était qualifié pour le poste. Un comité a siégé et la décision a été prise de le recruter », a confié celle-ci aux enquêteurs.

Elle a donné plus de précisions sur les jours de travail de ce dernier. Le jeune homme, qui a débuté au mois de mai, se rendait à l’école trois fois par semaine. Par jour, il devait faire le suivi auprès de trois à cinq enfants, dépendant de leur disponibilité. La responsable ajoute que la direction ne se doutait de rien. « Nous n’avons rien constaté qui soit anormal dans son comportement », a-t-elle expliqué. Elle a aussi fait ressortir que le jeune homme avait accès aux tablettes mises à la disposition des enfants.

Les policiers ont réquisitionné une trentaine de tablettes, qu’aurait utilisées le jeune homme en présence de ces enfants. Ils suspectent que ces outils contiennent des liens liés à des sites pornographiques. Les tablettes seront remises dans les jours à venir aux limiers de l’IT Unit aux Casernes centrales. Ces derniers procéderont au décryptage des données sur les ordinateurs et le cellulaire du suspect cette semaine. Les analyses de ces tablettes devraient permettre aux enquêteurs de confirmer si des sites ou des vidéos pour adultes ont été visionnés. Ils sauront alors si les heures et les dates correspondent aux séances dispensées par l’orthophoniste au sein de l’établissement.

Ibrahim Sorefan a de nouveau comparu en cour de Rose-Hill mercredi. Il a fait face à sept nouvelles accusations d’abus sexuels et a été reconduit en cellule policière. 
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !