Faits Divers

Allégations contre quatre policiers : Iqbal Toofanny admis à l’hôpital pour des «douleurs au ventre»

Iqbal Toofanny. Iqbal Toofanny.

Le médecin Amritraj Mohith Kumar Jeetun et l’infirmier Mehdi Yousuf Khan Wahedally ont témoigné le vendredi 9 août 2019 devant la cour intermédiaire. Ils déclarent avoir tenté de ranimer vainement la victime, feu Iqbal Toofanny, le 2 mars 2015. Cela après que ce dernier fut admis à l’hôpital Victoria, à Candos, pour des  « douleurs au ventre ».

C’était dans le cadre du procès intenté au sergent Vikash Persand et les constables Ghislain Marie Ronny Vincent Gaiqui, Jean-François Numa et Joshan Raggoo. Ils sont poursuivis pour torture alléguée.
Les trois policiers plaident non coupables et sont défendus par Me Gavin Glover, Senior Counsel, et Me Ludovic Balancy. La poursuite est représentée par Me Azam Neerooa, assistant Directeur des poursuites publiques et assisté de Mes Roshan Santokhee, Principal State Counsel, Damodarsingh Bissessur et Pamela Veerabadran-Mudaliar, State Counsels. Le procès est présidé par la magistrate Niroshini Ramsoondar.

La victime avait été arrêtée et détenue par la police dans une affaire de vol allégué. Cela, avant de rendre l’âme à l’hôpital Victoria, à Candos.

« État critique »

Vendredi, l’infirmier Mehdi Yousuf Khan Wahedally a soutenu que le patient Iqbal Toofanny est arrivé vers 10h15 le 2 mars 2015. Il était sur une civière et ne répondait pas aux questions qu’on lui a posées. Le policier qui l’accompagnait a dit que le patient s’est plaint de « douleurs au ventre ». Il a vérifié ses signes vitaux. Après quoi, il a demandé l’assistance d’un médecin.

Le Dr Amritraj Mohith Kumar Jeetun a pour sa part soutenu que le détenu était dans « un état critique ». Il ajoute que son pouls était « faible ». Il a alors tenté de le réanimer en lui faisant un massage cardiaque et en lui administrant des médicaments. Le patient n’a toutefois pas réagi au traitement. Il a été déclaré mort à 10h45. La cause du décès étant un «infarctus du myocarde ».

 Contre-interrogé par Me Gavin Glover sur la « casualty card », le médecin a déclaré ne pas se souvenir avoir utilisé de correcteur (blanco) sur le document. Il a concédé que le patient « est mort en quelques minutes alors que ses signes vitaux n’étaient pas alarmants à son admission ». Le procès a été ajourné au 13 novembre 2019.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective