Live News

Allégation de non-assistance à personne en danger : la police de Quatre-Bornes porte plainte contre le Samu

Le Samu a refusé de se déplacer pour secourir un homme tombé dans les escaliers.

Deux policiers ont dû s’improviser secouristes pour transporter un homme grièvement blessé à l’hôpital, le samedi 20 novembre à Quatre-Bornes. Le Samu venait de rejeter leur demande d’assistance.

Aux alentours d’une heure, dans la nuit du vendredi au samedi 20 novembre, la police de Quatre-Bornes a été sollicitée pour se rendre à une salle de billard de La Louise, à Quatre-Bornes. Les deux policiers envoyés sur place ont découvert un homme inconscient gisant dans une mare de sang sur l’escalier menant à la salle de jeu. Ce dernier saignait de la tête et du nez. En raison de la mauvaise posture dans laquelle se trouvait l’individu et de la nature de ses blessures, les policiers ont estimé qu’il fallait demander l’intervention du Service d’aide médicale d’urgence (Samu), afin de le transporter à l’hôpital. L’un d’eux a donc appelé un sergent en service au poste pour qu’il transmette la requête.

Après quinze longues minutes d’attente auprès du blessé, le policier reçoit un appel de son sergent. Son supérieur l’informe que le Samu refuse de se déplacer. Ahuris par la situation, les deux policiers se retrouvent obligés d’agir pour porter secours à la victime. Alors qu’ils ne portent pas de combinaison sanitaire, comme l’impose le protocole hospitalier dans le cadre de la crise du Covid-19, ils n’ont d’autre choix que de soulever l’homme inconscient, qui saigne abondamment, pour le mettre dans le véhicule de police et le conduire à l’hôpital Victoria, à Candos. Ce n’est qu’après l’admission en salle du patient que les deux constables ont pu partir.

Une fois au poste de police, un des deux policiers a enregistré une plainte contre le Samu pour non-assistance à personne en danger de mort. « Le devoir du Samu n’est-il pas de sauver des vies ? La police n’est pas préparée pour intervenir dans de tels cas, car il y a des risques. Si la victime avait eu des blessures internes pouvant être mortelles lors de notre intervention, cela aurait causé un préjudice à la police », déclare-t-il. 

Dans sa plainte, le policier mentionne aussi qu’au moment où son collègue et lui ont conduit la victime à l’hôpital, il y avait un véhicule du Samu garé sur l’aire de stationnement. La plaque d’immatriculation a été indiquée dans le dossier de plainte. Le constable demande qu’une enquête soit initiée afin de connaître les raisons du refus d’assistance de la part du Samu.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !