Live News

Allégation de négligence dans le parking d’un magasin : elle fait une chute avec son bébé dans ses bras

La situation vue sous un angle plus élargi.

Les conséquences auraient pu être plus graves pour Kathie et son nourrisson. Cette trentenaire a fait une chute sur le parking d’un magasin et s’est retrouvée le pied dans un caniveau sans grillage. Elle a eu le pied fracturé. Les propriétaires du magasin nient toute responsabilité dans cette affaire.
Cette mésaventure ne cesse de la tourmenter. Elle se demande toujours ce qui aurait pu se passer si elle avait lâcher son bébé de deux ans lors de sa chute. 

Il y quelque temps, Kathie s’est rendue dans un magasin de produits cosmétiques pour ses achats. Elle marchait sur le parking du magasin, son nourrisson dans les bras. Kathie, la trentaine, est alors tombée dans un caniveau. Si elle a pu protéger son enfant, par contre, la maman a, elle, eu le pied fracturé. Elle ne pourra ainsi pas travailler pendant plusieurs semaines. Ce qui représente un manque de revenus pour la famille, dit-elle.

Cet accident ne se serait pas produit si le caniveau était recouvert, dit Kathie. Elle était en compagnie de son mari. Ce dernier est allé se plaindre auprès des propriétaires qui lui aurait dit qu’ils ne pouvait se faire pour sa femme. 

Dans un cas pareil, l’avocate Mélanie Nagen répond : « Kathie a été victime, en quelque sorte, d’un cas de négligence de la part des propriétaires du magasin. Un magasin est un lieu fréquenté par le public. Nous avons des lois concernant le ‘Health and Safety’ qui soulignent la responsabilité dans des lieux publics. Les responsables doivent assurer la sécurité de ceux qui fréquentent ce lieu. Si dans le cas de Kathie, la grille du caniveau a été enlevée sans avoir été remise, cela l’a exposée à des blessures. Elle peut ainsi entamer des poursuites civiles pour réclamer des dommages et intérêts. Elle le prouvera en présentant ses certificats médicaux. Kathie devra préciser le nombre de jours de congé dont elle aura eu besoin ainsi que le nombre de jours qu’elle est restée alitée. Elle devra aussi fournir des preuves que son bébé a subi des traumatismes, qu’il a besoin de l’aide d’un psychologue parce il ne cesse de pleurer depuis cet incident ».

À la question de Kathie qui a demandé ce qu’elle devait faire pour obtenir une compensation, Me Mélanie Nagen répond que la première chose à faire est « de retenir les services d’un avoué ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !