Actualités

Allégation de discrimination : Showkutally Soodhun acquitté en cour intermédiaire 

Showkutally Soodhun L’ex vice-Premier ministre est poursuivi pour abus de pouvoir.

Le verdict est tombé, le mercredi 25 septembre 2019, en cour intermédiaire. L’ex-vice-Premier ministre Showkutally Soodhun a été blanchi. Cela dans le procès que le DPP lui intente pour abus de pouvoir dans le sillage des propos discriminatoires qu’il aurait tenus lors d’une réunion à son ministère le 17 juillet 2017. Selon la cour, la version du témoin principal, Vivek Pursun, n’est pas crédible et il n’y aucune preuve que l’ex-ministre a commis ce délit.  

Showkutally Soodhun, ex-ministre du Logement et des Terres, était poursuivi devant la cour intermédiaire pour « abuse of authority by public officer ». Cela  en vertu de l’article 77 du Code pénal.  Il avait plaidé non coupable et était défendu par Mes Ravind Chetty, Senior Counsel, et Raouf Gulbul. La poursuite était représentée par Me Medhi Manrakhan, Assistant Director of Public Prosecutions, Me Kesri Soochit, Senior State Counsel, et Damodarsingh Bissessur, State Counsel. 

Le mercredi 25 septembre 2019, la magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing a prononcé un verdict d’acquittement. Dans un jugement de 25 pages, la magistrate a développé les points que la cour a pris en considération pour prononcer ce jugement en faveur de l’ex-vice-Premier ministre. 

Témoin principal pas crédible 

Selon la magistrate, la cour ne peut se fier au témoignage de Vivek Pursun, le témoin principal. Celui-ci avait déclaré qu’il avait subi des pressions de la part de certaines personnes afin d’incriminer Xavier-Luc Duval et exonérer Showkutally Soodhun de tout blâme. 

La cour note que ses propos ne sont pas crédibles et qu’il a, sans aucune hésitation, menti à la police en concoctant une histoire impliquant Xavier-Luc Duval. Aussi au moment où il avait raconté cette histoire, il se trouvait au Central Criminal Investigation Department (CCID) en compagnie de deux policiers, loin des personnes qui auraient fait pression sur lui. 

La cour note aussi que malgré le fait que le témoin a dit qu’il s’est senti menacé et qu’il a perdu confiance en la police, Vivek Pursun n’a jamais porté une quelconque plainte contre les officiers du CCID. Ce qui pousse à la conclusion que sa version n’est pas crédible. 

Accusation et preuve non-concordantes 

D’autre part, la magistrate fait ressortir que l’accusation formulée à l’encontre de Showkutally Soodhun est en relation à un engagement que l’ex-vice-Premier ministre aurait donné à un des personnes réunies au sein du « Regroupement de Bassin ». Cela dans le sillage de l’allocation de maisons sur une base discriminatoire. La magistrate souligne que la cour a pu parcourir un enregistrement et la retranscription du contenu d’une clé USB. Le contenu étant la réunion qui s’est déroulée le 17 juillet 2017 au ministère du Logement et des Terres. 

La magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing soutient qu’à aucun moment, la retranscription ne fait mention que Showkutally Soodhun a donné une garantie au « Regroupement de Bassin ». « There is also absolutely no mention that he gave a directive to his officers for his order to be implemented », dit-elle.  Les mots utilisés par Showkutally Soodhun, selon la retranscription, sont totalement différents de la version de Vivek Pursun ou de l’accusation retenue contre Showkutally Soodhun  à l’effet qu’il s’est engagé à allouer des maisons et à donner la garantie que ses instructions seraient mises en œuvre. 

Témoignage de Gilles L’Entêté

La magistrate a, par ailleurs, fait état du témoignage de Gilles L’Entêté, Chief Executive Officer de la National Housing Development Co Ltd. Ce dernier, appelé en tant que témoin de la défense, avait maintenu que Showkutally Soodhun ne lui avait jamais donné d’instructions concernant l’allocation des maisons NHDC du projet de Bassin. 

Gilles L’Entêté avait soutenu, lors de son témoignage en cour, que le projet avait été complété à 85 %. Il a ajouté que le processus d’allocation des maisons avait débuté le 1er mars 2019 et devait prendre fin aux alentours du 18 août 2019. Ce qui indique, selon la magistrate, qu’au moment où Showkutally Soodhun faisait face à un procès, l’exercice d’allocation des maisons n’avait pas encore pris fin. De ce fait, faute de preuves, l’accusation retenue contre Showkutally Soodhun a été rayée.


Showkutally Soodhun : «Mo bien kontan finn ena la zistis»

L’ex-VPM n’a pu retenir ses larmes à sa sortie de la salle d’audience. Il n’a pas manqué de remercier ses avocats et sa famille qui, dit-il, a subi des humiliations pendant ces deux dernières années. Il a surtout tenu à remercier le Premier ministre Pravind Jugnauth qui ne l’a jamais laissé tomber. Showkutally Soodhun se dit satisfait qu’il y ait eu une justice et dit croire en la justice de Maurice.  À une question de la presse de savoir s’il réclamera son portefeuille ministériel qu’il avait dû abandonner dans le cadre de cette affaire en 2017, Showkutally Soodhun répondra : « Premye minis li kone ki bizin ferr. Li konn tou. Zame linn less mwa tonbe ».


«Vive Soodhun»

Ils ont jubilé à la suite de l’énoncé du verdict d’acquittement. Une vingtaine de partisans de Showkutally Soodhun ont laissé éclater leur joie dans l’enceinte de la New Court House, le mercredi 25 septembre 2019. Accolades et cris de joie ne manquaient pas à la sortie de Showkutally Soodhun  de la salle d’audience. Des applaudissements accompagnés de « Bravo ! Vive Soodhun ! » se faisaient entendre alors que Showkutally Soodhun quittait le bâtiment. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !