Faits Divers

Allégation de blanchiment - Sada Curpen : «Il s’agit d’argent propre qui sort de la banque»

Sada Curpen

Le procès intenté à Sada Curpen tire à sa fin. La poursuite a fait son réquisitoire après l’audition des témoins et la déclaration du prévenu, le jeudi 6 décembre. La défense fera sa plaidoirie le 21 février 2019. Sada Curpen maintient que l’argent saisi sur lui est « propre ».

« Sa bann kas-la, tou sorti dan labank. Tou larzan prop sa », a-t-il déclaré sous serment. Il est poursuivi en cour intermédiaire sous deux accusations de blanchiment, en vertu des articles 3(1) (b), 6 et 8 de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act. Il aurait eu en sa possession 28 800 euros et Rs 43 550, le 7 mars 2010, à l’aéroport de Plaisance. Le procès est présidé par la magistrate Navina Parsuramen. Sada Curpen plaide non coupable. Il est défendu par Me Assad Peeroo.

Jeudi, Clifford Allet, représentant de la Mauritius Commercial Bank (MCB), a été appelé à la barre des témoins. Il a affirmé que Sada Curpen détenait un compte auprès de la MCB. En avril 2006, 110 000 euros ont été versés sur ce compte.

Réquisitoire

« La banque n’a eu aucun soupçon. Le chèque en question provenait d’une banque respectable en France. » Plusieurs retraits et versements ont été faits par le prévenu entre 2007 et 2008. « In this account, I have not seen anything to let me believe that there is money laundering. The bank was satisfied that this was clean money », a insisté Clifford Allet.

Durant son réquisitoire, Me Asha Ramano-Egan, représentant la poursuite, a dit que Sada Curpen a déjà été condamné à la prison pour possession de Subutex. À son interpellation à l’aéroport, il venait de purger 18 mois de prison. Sentence prononcée le 8 juin 2007 par la cour intermédiaire puis maintenue en 2008 par la cour d’appel. Selon la poursuite, Sada Curpen n’a pu justifier raisonnablement la provenance de l’argent saisi sur lui. Me Asha Ramano-Egan a maintenu qu’il emportait de l’argent à l’étranger en secret.