People

Alimentation : Dinisha Jankoo met la cuisine mauricienne en évidence

dinisha jankoo Dinisha Jankoo présente toute la palette de mets mauriciens

Sa première tentative dans la restauration a été bien accueillie. Si bien que Dinisha Jankoo ambitionne désormais d’avoir un emplacement dans la capitale afin d’être plus près de la clientèle et d’avoir une meilleure visibilité.

Elle s’est découverte une nouvelle vocation, des différents rôles à jouer. À ses responsabilités de femme au foyer et de mère de deux enfants, Dinisha Jankoo, 33 ans, a ajouté celle d’entrepreneure. Son engagement à plein temps dans la restauration date d’une année. Toutefois, elle reconnaît que dans la cuisine, le grain de sel de plus est le grain de trop.

Pour cette habitante de Cassis, Port-Louis, cet engagement résume deux décennies d’apprentissage : à la maison auprès de sa mère et de sa sœur, sur les bancs de l’école et les tentatives innombrables pour trouver le bon équilibre dans le dosage des condiments et des épices pour la cuisson d’un plat. Après la fermeture de son magasin de vêtements, elle fait son entrée dans la restauration pour se faire un peu d’argent. Elle prépare des rasgullas qu’elle livre à un snack. D’autres sucreries locales s’ajoutent à la liste. Les commandes des proches et amis affluent. À partir de septembre 2018, elle décide de faire le grand saut en faisant le marketing de sa cuisine locale sur Facebook.

Si l’offre au départ est déterminée par le type de fêtes – telles que sucreries pour Divali ou Ganesh Chaturthi et amuse-gueules pour d’autres - aujourd’hui Dinisha Jankoo présente toute la palette possible de mets mauriciens végétariens et non végétariens pour sa clientèle. « Je me suis rendue compte qu’il y avait de la demande pour tout », fait-elle ressortir.

Les matières qu’elle a étudiées au London College lui sont bénéfiques dans son entreprise. D’abord, ses classes de Home Economics jusqu’à la Form V ont jeté les solides bases dans la préparation des mets.

Ensuite, les études en Comptabilité et Business lui permettent d’assurer une meilleure planification du temps à consacrer aux affaires et aux dépenses. « Je m’assure que tous les ingrédients soient à portée de main dès la veille. Je planifie la cuisson afin que la commande soit prête au moins 20 minutes avant la livraison. Tout cela me permet de gérer toute crise éventuelle afin que le client n’ait pas l’occasion de s’impatienter. »

Comment procède-t-elle quand les commandes sont importantes ? Elle dit pouvoir bénéficier de l’aide de son époux. Au cas où le volume de travail ne peut être abattu par le couple, elle fait appel à une tierce personne qui s’occupe en amont de la préparation des légumes et autres ingrédients. Qui plus est, elle a réinvesti dans des équipements et ustensiles pour pouvoir gérer tout type de commandes (végétarien et plats à base de poulet, œuf, poisson, fruits de mer et agneau).

Aujourd’hui, elle se fait connaître. Elle fidélise sa clientèle, des clients qui demandent de consommer sur place au lieu du traditionnel take-away. De ce fait, elle compte s’enregistrer auprès des autorités. Pour répondre aux exigences de ses clients, elle est à la recherche d’un emplacement dans la capitale. « Il y a de l’avenir dans la restauration. Les Mauriciens n’ont pas beaucoup de temps à consacrer à la préparation des repas, d’où le recours au fastfood. »  

Cependant, Dinisha Jankoo précise qu’elle ne fait pas du ‘fastfood’. Elle dit cuisiner pour ses clients comme elle le fait pour sa famille. « Ce sont toujours des légumes et des produits frais que j’utilise. Si le prix est élevé au marché, j’accepte de réduire mes marges. L’essentiel est que le client soit satisfait. »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !