Actualités

Alcool et criminalité : la sensibilisation et la dénonciation comme solution

Le Grand Journal de Radio Plus s’est focalisé sur les effets de l’alcool sur la société. Cela fait suite à la semaine qui a démarré avec le meurtre d’un enfant de 11 ans, perpétré par un homme ivre.

Terence O’Neill et Ruzayna Beegun ont accueilli l’adjoint au commissaire de police Mukhtar Din Taujoo, Manisha Dookhony de la plateforme Mauritius Renewal Society, le sociologue Rajen Suntoo, Ratan Jhurry de la Child Developement Unit et Vidiotma Aumeer du ministère de l’Égalité des genres. Les intervenants ont proposé plus de dialogue et de sensibilisation.

Mukhtar Din Taujoo note que beaucoup de crimes sont commis par des gens sous l’influence de l’alcool. « Il y a des lois qui permettent à la police d’agir si quelqu’un est sous l’influence de l’alcool et qu’il dérange le public. » Le haut gradé explique aussi que « la police ne peut empêcher une personne de boire. »

Rajen Suntoo explique, lui, que l’alcool a des répercussions importantes sur la société. « Il y a plus d’impacts négatifs que positifs. » Pour le sociologue, il y a trop de violence liée à l’alcool. « Des jeunes organisent souvent des fêtes où l’alcool est consommé de façon excessive. Il faut un contrôle. »

Ratan Jhurry, de la Child Welfare Unit, estime qu’il faut réfléchir ensemble pour que ce genre de problèmes ne se répète pas. Il explique que des enfants ont accès à l’alcool en primaire. Il cite le cas d’un enfant qui a pris une bouteille de boisson alcoolisée appartenant à ses parents et qu’il l’a ramenée à l’école.

« Les parents donnent parfois le mauvais exemple. Il nous est arrivé de tomber sur des parents ivres avec un enfant en bas âge sous leur garde. Il faut rapporter les cas sur la hotline 113. »

Ratan Jhurry souligne que certains parents et leurs enfants participent à des séances d’explication et de sensibilisation. Il ajoute que le public a le devoir de dénoncer des cas d’abus et de maltraitance liés à l’alcool.

Pour Manisha Dookhony, le rôle de la société civile est important. Selon elle, il faut que les associations de quartier, par exemple, aident à la sensibilisation et à la moralisation des gens. « Les crimes ne sont pas commis après une fête, mais souvent quand deux personnes consomment de l’alcool. »

Des policiers sous surveillance

Revenant à la criminalité, le DCP Mukhtar Din Taujoo explique qu’un travail est fait pour assurer la sécurité dans le pays. Plusieurs divisions sont impliquées. « Un gros travail est abattu sur des policiers buveurs. Il y a aussi eu un policier impliqué dans des vols et nous examinons la possibilité de les licencier. Nous surveillons d’autres policiers. »

Le haut gradé explique que des policiers soupçonnés d’être impliqués dans le trafic de drogue sont sous surveillance.

Concernant les accidents, il fait observer qu’il y a eu plusieurs arrestations pour conduite en état d’ivresse, malgré les amendements à la loi.

« Nous avons enregistré cinq morts de moins sur les routes en comparaison à la même période l’année dernière, alors qu’en juin, le nombre d’accidents était de 20 de plus qu’en juin 2017 », indique-t-il.

  • Made for more