Actualités

Air Mauritius : le sort des ingénieurs provoque des turbulences

Les ingénieurs d’Air Mauritius (MK) sont des laissés pour compte. C’est du moins ce qu’affirme Reaz Chuttoo, de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP). Pourtant, la direction de MK souligne que chaque composante de la compagnie a droit aux mêmes considérations.

Le différend porte sur les négociations en vue d’accorder une hausse salariale aux employés de la compagnie nationale. La CTSP souligne qu’il n’y a pas que la grille salariale qui pose problème dans le cas des ingénieurs. La réaction du syndicaliste est motivée par une lettre transmise par la compagnie nationale d’aviation. Celle-ci demande aux syndicats des employés de finaliser, au plus vite, les négociations avec la direction.

C’est pour cette raison qu’il avait réuni la presse mardi. « Qu’en est-il des ingénieurs ? » s’interroge Reaz Chuttoo. Il explique que les ingénieurs ne possèdent pas de structures salariales et que les négociations formelles entre la compagnie et cette catégorie d’employés ont cessé depuis trois mois. Pour le syndicaliste, les ingénieurs sont appelés à travailler 45 heures par semaine contre 40 heures pour les autres catégories de salariés. Leurs structures de congés  sont différentes. De plus, ils ne peuvent avoir recours aux négociations collectives.

La CTSP a envoyé une lettre en début de semaine aux directeurs et au département des ressources humaines de la compagnie. « Nous voulons finaliser les négociations pour les ingénieurs sinon nous aurons recours à des actions syndicales », a indiqué Reaz Chuttoo.  

MK estime que les négociations seront bientôt complétées. Une source de la direction souligne qu’elles sont achevées pour deux tiers des employés sans pour autant en dire davantage. En raison de la politique de l’entreprise qui est de ne rien révéler sur les discussions en cours.