Live News

Air Mauritius : deux syndicats contestent la réduction salariale imposée 

Air Mauritius évoque le risque d’être mise en liquidation si un sursis est accordé.

Deux syndicats regroupant des employés d’Air Mauritius contestent une réduction de salaire présentée par la compagnie puis approuvée par le ministère du Travail. L’affaire a été portée en Cour suprême. La compagnie nationale d’aviation estime que tout sursis dans l’application de cette mesure la placerait en liquidation. 

Le ministère du Travail a approuvé la réduction des salaires et des heures de travail présentée par Air Mauritius (MK). Décision que contestent fortement l’Air Mauritius Technical Services Staff Union (AMTSSU), la Mauritian Airline Pilot Association (MAPA), Jean Pierre Parahan, Senior Office Attendant et membre de l’Union of Employees of Air Mauritius ainsi que Jacmay Michael Limkee, Customer Service Assistant chez MK. 

Les contestataires ont d’ailleurs déposé une demande de révision judiciaire en Cour suprême contre le Supervising Officer du ministère. Ils sont représentés par Me Antoine Domingue, Senior Counsel et l’avouée Hemlata Hunna.  

À l’appel de l’affaire le 15 février 2021 devant le chef juge Asraf Caunhye, Air Mauritius a déposé des objections préliminaires face à la demande. Dans un document rédigé par Me Rajesh Bucktowonsing, Senior Attorney, MK dit objecter à la requête de geler la décision qu’elle a prise puis annoncée le 18 septembre 2020. Un sursis dans l’application de ce plan, dit-elle, la placerait en liquidation. 

Air Mauritius accuse les contestataires de ne pas avoir été « francs » dans leur démarche. Elle leur reproche de ne pas avoir évoqué sa « situation financière désastreuse » et les difficultés auxquelles elle est confrontée depuis que la pandémie de COVID-19 a éclaté, couplées aux restrictions de voyage imposées tant au niveau local qu’à l’international. L’affaire sera désormais appelée le 8 mars 2021. 

Dans un affidavit juré au nom des contestataires, Khalil Huseyn Purdasy, technicien d’atelier chez MK, fait valoir que l’AMTSSU est l’unique syndicat habilité à représenter les Support Engineers, les Certifying Workshop Technicians et les Workshop Controllers au sein de la compagnie nationale d’aviation. La MAPA, dit-il, est la seule habilitée à représenter les pilotes mauriciens engagés par l’entreprise qui est en administration volontaire depuis le 22 avril 2020. 

Khalil Huseyn Purdasy ajoute que dans un communiqué en date du 18 septembre 2020, Air Mauritius avait annoncé à ses employés qu’elle réduirait « davantage la masse salariale de l’entreprise immédiatement ». Soulignant qu’elle essayait de préserver les emplois dans la mesure du possible, elle avait expliqué qu’elle n’avait « d’autre choix que de demander aux employés de prendre un congé sans solde ou de travailler à temps partiel (selon la nature de leur travail) ». 

MK avait précisé que cette décision « s’appliquera à tous, à quelques exceptions près, par exemple, pour les titulaires de poste ou ceux dont la présence est essentielle pour que la société continue à fonctionner ». Elle avait souligné que cette mesure prendrait effet à compter du 1er octobre 2020. « Une autorisation a déjà été demandée et obtenue du Supervising Officer du ministère du Travail à cet égard », avait-elle précisé dans ce communiqué. 

À travers leur négociateur Ivor Tan Yan, les contestataires avaient envoyé un e-mail pour réclamer une rencontre avec les administrateurs d’Air Mauritius. Durant la réunion qui avait suivi, les présidents et les secrétaires de divers syndicats de travailleurs avaient été informés qu’une demande avait été faite et approuvée par le ministère en vertu de l’article 32 (2) de la loi du travail, soit de la Workers’ Rights Act, pour « travailler temporairement pendant un certain temps inférieur à celui spécifié dans leur accord moyennant une rémunération réduite ». Les contestataires estiment illégale ladite décision puisqu’ils n’ont pas été consultés au préalable. 

 

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !