Actualités

Air Mauritius : acquisitions et révision des routes au menu du nouveau plan

La compagnie nationale d’aviation lève le voile sur les mesures qui devront aider dans la transition d’Air Mauritius en un transporteur moderne et efficace, pouvant faire face aux difficultés et cycles inhérents à l’industrie. La direction a fait une esquisse de cette nouvelle stratégie dans son rapport annuel.

La prochaine assemblée générale annuelle d’Air Mauritius, prévue pour le 25 juillet, sera celle des annonces. La direction, menée par Somas Appavou, Chief Executive Officer de MK, présentera le nouveau modèle d’affaires de la compagnie d’aviation et les différentes étapes qui seront nécessaires. Ces étapes découlent d’un travail effectué en étroite collaboration avec les firmes CAPA et PricewaterhouseCoopers après qu’Air Mauritius ait annoncé un bilan lourd de pertes et de recul.

Une remise en question du modèle d’affaires de MK s’est avérée nécessaire, tenant compte de l’environnement compétitif et coûteux dans lequel opère le transporteur. La performance chiffrée pour les 12 mois se terminant au 31 mars se résume en des pertes de 29 millions d’euros contre des profits de 4.9 millions d’euros lors de la précédente année fiscale. Les revenus du groupe ont chuté à quelque 500 millions d’euros (Rs 20 milliards) contre 514 millions d’euros.

Dans le rapport annuel, Somas Appavou énonce quatre principes qui ont déjà émergé de l’exercice avec les experts étrangers pour assurer la transformation du groupe. Le premier porte sur les dessertes. Il est question d’une action à trois volets visant à simplifier, consolider et ensuite augmenter le nombre de routes. À ce jour, selon le rapport annuel disponible sur le site du transporteur, MK rallie Plaisance à 23 destinations sur six régions du globe.

Afin de répondre aux exigences du client moderne, d’assurer des connexions de manière efficiente et tenant compte des fluctuations dans le cours du pétrole, MK s’est engagée dans le renouvellement de sa flotte. Deux Airbus A350-900 et deux Airbus A300-900Neo ont rejoint la flotte. L’exercice s’étendra avec le remplacement des deux A319-200 et trois ATR72-500.

Le nouveau modèle, selon Somas Appavou, contient des aspects portant sur la gestion des coûts et la capacité du groupe à générer des revenus. Au final, ce modèle mettra l’accent sur la transformation digitale afin d’accélérer la transition vers une nouvelle Air Mauritius.

Pour mener à bon port la mutation, l’apport des actionnaires est primordial. Et, dans le cas d’Air Mauritius, référence est faite à l’État. De manière directe et indirecte, le gouvernement mauricien compte 64% de l’actionnariat. L’apport des actionnaires – incluant Rogers & Co, Air France et Air India – est d’autant plus nécessaire, car le poids du tourisme et de l’aviation dans le Produit Intérieur Brut (PIB) de Maurice est de quelque 24%. « An overarching principle will be the national role of the airline and in the context we gave impressed on our shareholders will need to be better supported », a fait ressortir Somas Appavou.

Entre-temps, la compagnie d’aviation a poursuivi un exercice d’intégration dans le pays de l’aviation mauricienne. D’une part, elle a acquis des parts dans la Mauritius Duty Free Paradise Co. Limited. D’autre part, elle a émis des actions à Airports of Mauritius Limited, consolidant ainsi le flux de trésorerie du groupe.

En attendant la concrétisation de cette flopée de mesures, le cours de l’action MK est en chute. Depuis le début de l’année à ce jour, l’action a perdu quelque 22% de sa valeur. Lors de la séance du lundi 7 juillet, le titre a grappillé 0.2% pour passer à Rs 8.82 sur 2,596 unités échangées.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective