Faits Divers

Agression sexuelle : surpris par la mère de la victime l’agresseur prend la fuite

Virginie, 31 ans, et sa fille de 13 ans sont sous le choc. La jeune femme, domiciliée dans un village du Nord, rentrait à la maison mardi matin quand elle a vu un adolescent de 15 ans prendre la fuite. Sa fille de 13 ans était nue sur le canapé. C’est en pleurs et couverte d’ecchymoses que l’adolescente a expliqué à sa mère avoir été agressée, puis abusée sexuellement. À mercredi après-midi, le présumé agresseur était toujours recherché.

L’adolescente était seule à la maison quand les faits se sont produits. D’une voix hésitante, la victime, assistée de sa mère, explique qu’elle était sur le canapé dans le salon. « J’étais sur mon cellulaire quand il m’a surprise. Je ne l’ai pas vu entrer », raconte la victime. Son calvaire ne faisait que commencer. Elle tente de crier mais n’y parvient pas. « Linn bouss mo labouss », dit-elle. Puis, pour ne pas qu’elle se débatte, elle dit avoir été roué de coups sur les bras, les pieds et sur d’autres parties du corps.

Son agresseur l’aurait ensuite dévêtue avant de passer à l’acte. C’est la mère de l’adolescente qui, en rentrant, a fait fuir l’agresseur. « Mo sorti travay, ler mo rentre dan salon mo nek truv enn lombraz ki pe galope. Mo tifi touni lor sofa », se souvient la mère de la victime. Sans perdre un instant, elle se met à la poursuite du fuyard. « Il a emprunté les escaliers et est passé par la fenêtre», explique-t-elle.

Malgré cela, la mère de la collégienne lui a couru après. « Monn dir li mo pu gagn li », lâche-t-elle. De retour à la maison, sa fille pleurait. « Elle m’a dit qu’elle avait été battue et violée par ce jeune homme », dit-elle. Fille et mère se sont rendues au poste de police de la localité pour porter plainte.

Selon Virginie, sa fille avait fait la connaissance du jeune homme qui habite le même quartier. « Monn dir ki li tro zen pou kontan. Monn dir mo tifi guet to letid parski so rezilta ti baissé. Ma fille m’a écoutée », explique-t-elle. Mais depuis, l’adolescent n’a cessé d’importuner sa fille. 

« J’avais prévenu les parents de l’ado. Je ne sais pas s’ils ont raisonné leur fils », fulmine la mère de la victime.