Faits Divers

Agression mortelle de Swaley Futta - Les proches : «Nou reklam lazistis ek proteksion lapolis»

Swaley Futta Vive colère des proches et des voisins ce qui a obligé les policiers à annuler l'exercice de reconstitution des faits.

Une semaine après la disparition de Swaley Futta dans des circonstances tragiques, les proches de la victime affirment vivre toujours dans l’inquiétude, la crainte et l’incertitude. Sa veuve, Nashreen, n’en revient toujours pas que son mari de 53 ans ait trouvé la mort dans de telles circonstances, sous le regard d’une de ses filles.

Chez les Futta à Vallée-des-Prêtres, durant cette période de deuil, les proches de la victime, notamment la veuve, demandent que justice soit rendue. « Nou reklam lazistis ek proteksion lapolis », souligne Nashreen.

Après cet acte qui a traumatisé cette famille aimable et sans histoire qui n’hésitait pas à venir en aide aux démunis de sa localité. Nashreen, l’épouse : « Zordi nu retrouve nous sans ene pilier nu fami »

La veuve affirme qu’elle devrait maintenant s’occuper elle-même de ses quatre enfants, dont le plus petit est âgé de 4 ans. Interrogés sur les incidents survenus lors de la tentative de reconstitution des faits, les proches expliquent que ce n’étaient pas les membres de la famille mais des connaissances de Swaley Futta : « Bane dimune ki ti abitier ar li ki ti vini ».  L’un des proches de Swaley explique que, depuis le décès de la victime, le va-et-vient des personnes se multiplie pour présenter leurs condoléances et leur soutien à la famille. « Ils sont aussi affectés et en colère contre cet acte de barbarie ».

L’enquête policière, confiée à la Major Crime Investigation Team (MCIT), avait vu avorter une tentative de reconstitution des faits dans la journée du jeudi 11 juillet. Des individus, proches, voisins et badauds, qui s’étaient rassemblés devant le domicile des Futta, à Vallée-des-Prêtres au moment de cet exercice, n’ont pas caché leur colère à l’égard des suspects à leur arrivée sur les lieux. Pour des raisons de sécurité, l’exercice a pris fin prématurément. Dans les couloirs de la MCIT, aux Casernes centrales, on affirme que la décision d’organiser une nouvelle reconstitution des faits sera prise dans les jours qui viennent. « Les participants à une reconstitution des faits peuvent choisir s’ils effectueront l’exercice ou pas ».

Lors de leur interrogatoire, aucun des quatre suspects n’a jusqu’ici avoué son forfait. La police devrait, dans les jours qui viennent, organiser une parade d’identification des suspects. La fille aînée de Swaley Futta, témoin principal de cette affaire, devrait être appelée à identifier formellement les individus soupconnés de s’être rendus à son domicile le samedi 6 juillet lorsque le drame s’est produit.


Siddhartha Hawaldar : « Cette affaire a pris une autre dimension »

Siddhartha Hawaldar, l’avocat de Niresh Gooray, explique que « cette affaire a pris une autre dimension et qu’il n’y a pas eu de maldonne ou de foul play. Plusieurs personnes avaient beaucoup de dettes envers mon client. C’est la raison pour laquelle il avait envoyé ses vendeurs pour récupérer son argent. Malheureusement, les choses ont pris une autre tournure. Vu que la personne souffrait déjà de problèmes cardiaques, il est tombé et est mort d’une crise cardiaque » déclare l’homme de loi. Il ajoute qu’une fois que toutes les versions seront étalées devant les enquêteurs, « la vérité va éclater ».

Au total, six arrestations ont été effectuées dans cette affaire, incluant les deux frères Tanveer et Ramduth Toofany, trois travailleurs étrangers et le propriétaire de la compagnie qui fournissait les volailles à Aboo Swaley Futta. Les six hommes sont provisoirement accusés du meurtre d’Aboo Swaley Futta.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective