Live News

Agression mortelle de sa belle-fille : la Sud-Africaine Maria Magdalena Vosloo fixée sur son sort le 21 mars

Maria Magdalena Vosloo. Maria Magdalena Vosloo.

Le procès intenté à la Sud-Africaine Maria Magdalena Vosloo a pris fin, le mercredi 14 février, devant la magistrate Naveena Parsuramen, siégeant à la cour intermédiaire. La ressortissante étrangère, accusée d’avoir mortellement agressé sa belle-fille, sera fixée sur son sort le 21 mars 2018.

La séance du mercredi était marquée par le témoignage du numéro un du département médico-légal, le Dr Sudesh Kumar Gungadin. Ce dernier avait conclu, après autopsie, que l’adolescente de 17 ans est morte d’une hémorragie intracrânienne. « La victime avait reçu un coup sur la tête. Cela avait causé des saignements intracrâniens. »

Le Dr Sudesh Kumar Gungadin a aussi été interrogé sur la présence de phenytoin dans le sang de la victime. Un médicament prescrit aux personnes qui ont des crises d’épilepsie. Le médecin légiste a indiqué qu’il n’y avait pas trace de ce médicament dans le sang de la victime, mais dans son estomac. Ce qui démontre qu’elle ne le prenait pas régulièrement. « Le saignement a pu provoquer une crise, mais cela ne peut être l’inverse. » à la suite de ce témoignage, les deux parties ont fait leurs plaidoiries.

Maria Magdalena Vosloo (33 ans) est poursuivie devant la cour intermédiaire pour coups et blessures, ayant causé mort d’homme sans intention de tuer. La Sud-Africaine aurait mortellement agressé sa belle-fille, fille de son époux, Mundolene Vosloo, le 5 octobre 2016.

La ressortissante sud-africaine a plaidé non coupable. Elle est défendue par Me Zaredhin Jaunbaccus. La poursuite est assurée par Me Denis Mootoo, Senior Assistant Director of Public Prosecutions.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !