Faits Divers

Agression mortelle de Jugduth Koonjahon en 2008 : deux pièces à conviction manquent à l’appel dans l’affaire Gajendradev Dookhorun

Gajendradev Dookhorun à sa sortie de la cour intermédiaire mercredi.

Traduit en justice pour l’agression mortelle de feu Jugduth Koonjahon en 2008, Gajendradev Dookhorun, un chauffeur d’autobus, a appris le mercredi 8 janvier 2020 que l’arme du crime et deux boutons saisis comme pièces à convictions sont introuvables. La poursuite a requis un renvoi. 

Gajendradev Dookhorun, un chauffeur d’autobus, a comparu le mercredi 8 janvier 2020 devant la cour intermédiaire. Cela dans le cadre d’un procès qui lui est intenté pour l’agression mortelle de son voisin, feu Jugduth Koonjahon, Ce dernier, un chauffeur de taxi, demeurant à Petit-Raffray, était âgé de 43 ans. Il a succombé après avoir reçu un coup de couteau en plein cœur. Le drame s’est déroulé le 22 janvier 2008. 

Le prévenu a plaidé non coupable sous une accusation de coups et blessures mortelles infligés à la victime sans intention de la tuer. 

«Pièces cruciales»

À l’appel de l’affaire devant la magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing, le Principal Court Officer, Mukesh Seednam, a été appelé à la barre des témoins. Celui-ci est affecté au tribunal de Mapou. Instance devant laquelle s’est tenue, par le passé, une enquête préliminaire sur la mort de la victime. Il ressort de son témoignage que deux pièces à conviction dans l’affaire, qui ont été présentées au cours de l’enquête préliminaire, sont maintenant « introuvables ». 

Il s’agit d’un couteau et de deux boutons recueillis par la police au cours de l’enquête. Ces deux pièces à conviction « sont cruciales» pour la poursuite, a soutenu Me Pareemala Devi Mauree, Principal State Counsel. Celle-ci a demandé un renvoi afin de décider de la marche à suivre. Et aussi s’il y a lieu de revoir la stratégie à être adoptée par la poursuite. 

Me Ludovic Balancy, qui représente la défense avec Me Gavin Glover, Senior Counsel, n’a pas objecté à la requête. L’affaire sera appelée le 26 février 2020. La poursuite a requis du témoin de faire le nécessaire en vue d’aider à retrouver les pièces à conviction.  

Il ressort de l’examen post-mortem, pratiqué par le Dr Satish Boolell, ancien chef du département médico-légal de la police, que la cause du décès est un « stab wound to the heart ». 

Selon les éléments de l’enquête de police, la victime a eu une altercation le jour fatidique avec le prévenu Gajendradev Dookhorun. Cela autour d’un incident qui s’est déroulé avant le drame. Jugduth Koonjahon, père de famille, avait reproché au prévenu de s’être pris à tort à l’un de ses neveux. 

Blessure à l’abdomen

Selon des témoins qui auraient assisté à la scène, la victime circulait à bord de son taxi lorsqu’elle s’est arrêtée à hauteur de Gajendradev Dookharun. Ce dernier était employé alors comme chauffeur d’autobus dans une compagnie de transport public. 

Une violente dispute a éclaté alors entre les deux hommes. Les deux en viennent rapidement aux mains. Jugduth Koonjahon s’est aussitôt écroulé au sol dans une mare de sang. Transporté à l’hôpital du Nord, il a succombé à une blessure à l’abdomen. Quant à Gajendradev Dookhorun, il a déclaré à la police avoir agi en légitime défense.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !