Faits Divers

Agression mortelle de Jean Pascal Labavarde en 2007 : Philippe François Baptiste fixé sur son sort le 26 février 2020 

L’enquête a été menée par la police de Terre Rouge. En médaillon : Jean Pascal Labavarde.

Le procès intenté à Philippe François Baptiste, âgé de 73 ans et domicilié à Terre-Rouge, a pris fin le mercredi 15 janvier 2020. Il est reproché à ce septuagénaire d’avoir mortellement agressé son beau-fils, Jean Pascal Labavarde, 32 ans. Un drame survenu le 1er février 2007. Le verdict sera rendu le 26 février 2020.

Philippe François Baptiste fait l’objet devant la cour intermédiaire d’une accusation de coups et blessures causant mort d’homme sans intention de tuer. Il a plaidé non coupable et est défendu par Me Neelkanth Dulloo. La poursuite est représentée par Me Yusra Nathire Beebeejaun, State Counsel. 

Selon l’acte d’accusation, Philippe François Baptiste aurait mortellement agressé son beau-fils, Jean Pascal Labavarde, 32 ans, à leur domicile à Terre Rouge le 1er février 2007. L’examen post-mortem, effectué par le chef du département médico-légal d’alors, le Dr Satish Boolell, avait conclu à une mort par des « stab wounds to the neck ». 

La séance était marquée par les plaidoiries des avocats. « Il n’y a aucune preuve indiquant que mon client est l’auteur de cette agression », a déclaré Me Neelkanth Dulloo. Il a fait ressortir qu’il n’y a eu aucune enquête policière appropriée et que son client n’a pas été confronté à l’accusation. Il a ajouté qu’aucun témoin n’est venu de l’avant pour dire que son client est l’auteur de l’agression mortelle. 

Légitime défense 

Pour la défense, l’accusation doit être rayée en raison d’une Procedural Irregularity car l’accusé n’a pas bénéficié d’un procès équitable et son droit constitutionnel a été bafoué. 

Me Yusra Nathire Beebeejaun, State Counsel, a, elle, plaidé que l’unique preuve faisant état de cette agression se trouve dans la déposition de l’accusé à la police. « No other witness has supported this version », dira l’avocate. Pour elle, la thèse de légitime défense ne tient pas la route. Le fait demeure que le prévenu dit avoir été agressé à l’aide d’un gourdin par la victime. « Is the blow such that Accused was justified in acting the way he did, i.e hitting back with a knife ? » soutient Me Yusra Nathire Beebeejaun.

Selon l’avocate, même si le septuagénaire a pu justifier le fait d’avoir voulu se défendre face à son beau-fils, la façon dont il s’en est pris à lui était disproportionnée. Il a choisi de riposter avec un couteau et a agressé son beau-fils au cou. La poursuite a mentionné que quelques minutes avant le drame, Philippe François Baptiste a utilisé ce même couteau pour agresser son épouse. Elle a maintenu que Philippe François Baptiste doit être reconnu coupable de coups et blessures causant mort d’homme sans intention de tuer. 

Après avoir écouté les plaidoiries des avocats des deux parties, la magistrate Darshana Gayan prononcera son jugement le 26 février 2020.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !