Faits Divers

Agression mortelle de Jean Jacques Nicolas Fidèle en 2011 : l’appel du condamné Prakash Perseeddoss entendu

Prakash Perseeddoss Prakash Perseeddoss dans le cadre de son procès aux assises en 2018.

Prakash Perseeddoss  avait été condamné à neuf ans de prison par la cour d’assises. L’appel qu’il avait interjeté pour contester sa condamnation a été entendu le mercredi 16 octobre 2019. La Cour suprême a mis sa décision en délibéré après les débats.

Prakash Perseeddoss avait été reconnu coupable de l’agression mortelle de Jean Jacques Nicolas Fidèle sous une accusation réduite de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Jugement rendu par la cour d’assises le 21 septembre 2018, à une majorité de sept jurés contre deux. L’appel interjeté par le condamné pour contester le jugement a été entendu en Cour suprême le mercredi 16 octobre 2019, devant le chef juge Eddy Balancy et les juges David Chan Kan Cheong et Shameen Hamuth-Laulloo. 

Prakash Perseeddoss, un soudeur de 40 ans, était poursuivi pour l’agression mortelle de Jean Jacques Nicolas Fidèle, un habitant de Clémencia de 37 ans, le 6 novembre 2011. Le condamné, qui était au volant de son taxi, a percuté la victime qui n’était autre que le concubin de sa maîtresse Marie Ornella Mariella Fortuno, 22 ans. *

Le 12 octobre 2018, Prakash Perseeddoss avait été condamné à neuf ans de prison par le juge Benjamin Marie Joseph. En appel, Me Rama Valayden, avocat du prévenu, avait critiqué l’enquête de police, la qualifiant d’« injuste et incomplète ».  

L’avocat avait aussi avancé que le résumé du juge était partial car celui-ci avait « failli à énumérer les points saillants de la défense de son client ». Un autre point d’appel portait sur le fait que le juge n’ait, selon l’avocat, pas mis en garde les membres du jury sur la « précaution à prendre » avant de se fier au témoignage du principal témoin à charge, en l’occurrence Marie Ornella Mariella Fortuno. 

La défense estimait que la jeune femme aurait pu avoir un intérêt personnel à défendre. En appel, l’avocat avait aussi dit que le juge n’a pas pu guider le jury sur la manière dont il fallait analyser le témoignage du Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médico-légal. Ce dernier avait attribué le décès de Jean Jacques Nicolas Fidèle à des blessures causées au niveau du crâne. Le médecin légiste a déclaré que ces blessures auraient tout aussi bien pu être causées lors d’un accident de voiture. Il a ajouté que l’acte aurait très bien pu être délibéré. 

Lui donnant la réplique, Me Pravin Harrah, Principal State Counsel, a soutenu que le juge a bel et bien observé les directives nécessaires à être administrées au jury. Pour la poursuite, le résumé du juge était parfaitement « équilibré » et contenait les deux thèses, à savoir celles de la poursuite et la défense. La poursuite souligne qu’il n’y a eu aucune preuve pour démontrer que la victime avait un intérêt personnel à protéger dans l’affaire. Le panel de la Cour suprême a réservé son jugement après les débats du mercredi 16 octobre 2019.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !