Faits Divers

Agression mortelle de Jean François Elois Boismartin en 2017 : Stephen Siven Montalent sera fixé sur son sort le 25 juillet 2019

Stephen Siven Montalent Stephen Siven Montalent lors de son arrestation en août 2017.

Stephen Siven Montalent, 32 ans, en avait marre d’être accusé de vol de Rs 2 000 par son beau-frère, Jean François Elois Boismartin. Une dispute qui a éclaté entre les deux hommes, le 9 août 2017, à Goodlands, a viré au vinaigre. Sous l’emprise de la colère, Stephen Siven Montalent a agressé son beau-frère, lui infligeant des blessures entraînant sa mort.

Deux ans après le drame, il a plaidé coupable des faits que la police lui reproche lors de son procès devant la cour intermédiaire. Le magistrat fera connaître son verdict le 25 juillet 2019.

Stephen Siven Montalent a été traduit en justice pour coups et blessures ayant causé mort d’homme sans intention de tuer. Il est accusé d’avoir agressé, le 9 août 2017, à Goodlands, son beau-frère, Jean François Elois Boismartin, un maçon de 50 ans. Ce dernier vivait en concubinage avec sa sœur. Il est décédé à la suite d’un « traumatic subarachnoid hemorrhage » selon le rapport médical du médecin légiste, le Dr Prem Chamane.

Stephen Siven Montalent a plaidé coupable. Il est défendu par Me Tony Gukhool. La poursuite est représentée par Me Kevina Poullay-Mootien. Le procès est présidé par la magistrate Niroshini Ramsoondar.

Dans sa déclaration à la police, produite et lue en cour, Stephen Siven Montalent est revenu sur le jour fatidique du 9 août 2017. Ce jour-là, selon lui, son beau-frère s’était présenté devant sa maison avec deux autres amis vers 12 h 15 pour l’injurier. Il l’a aussi accusé de lui avoir volé une somme de Rs 2 000. Pour éviter une dispute, il est resté chez lui, dit-il, et n’a pas prêté attention aux injures de son beau-frère. Il a expliqué que ce dernier vit au premier étage avec sa sœur. Vers 16 heures, son beau-frère s’est de nouveau présenté devant sa maison. Il l’a injurié encore une fois.  Au même moment, il a rencontré sa sœur. Celle-ci l’a informé que son compagnon s’est rendu au poste de police de la localité pour porter plainte contre lui pour vol de Rs 2 000. Il était 16h30 lorsque son beau-frère l’a injurié de nouveau alors qu’il était devant sa maison.

Stephen Siven Montalent dit qu’il a vu rouge car il en avait marre des insultes et des accusations de son beau-frère. Il s’est dirigé vers ce dernier et l’a infligé des coups. Ce dernier ne s’est pas laissé faire. C’est alors qu’il a ramassé un « morceau de béton » avec lequel il a assené des coups à la tête de son beau-frère. « Mo finn ramass enn bout beton arme ki ti lor bor semin avek mo lame drwat  ek mo finn tap li avek sa beton la lors so latamp cote gos avek tou mo lafors », a-t-il déclaré.

Le prévenu dit qu’ensuite il a jeté le « béton » par terre après que ce dernier s’est affaissé au sol. Craignant des représailles, il a pris la fuite. « J’avais peur que les amis de mon beau-frère m’agressent. J’ai pris la fuite et je me suis réfugié à mon domicile », relate-t-il, dans sa déclaration à la police.

Le même jour, le prévenu a été interpellé par la police et a donné sa version des faits. Lors de son procès, il a présenté des excuses à la cour et à la famille de la victime. Il dit regretter ce qui s’est passé et reconnaît qu’il a commis une erreur.

Son avocat, Me Tony Gukhool a plaidé le fait que l’accusé a coopéré avec la police et qu’il a présenté des excuses à la cour. Il a demandé à la cour d’être indulgente envers son client qui a passé 699 jours en détention préventive. La cour intermédiaire fera connaître sa sentence le 25 juillet 2019.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective