Faits Divers

Agression mortelle d’Ashok Kumar Khadoo en 2013 : François Verouven fixé sur son sort le 22 octobre 2019

François Verouven Le jeune homme est accusé d’avoir mortellement agressé un SDF.

Six ans après les faits, François Verouven, âgé de 29 ans, a été jugé coupable, le 2 septembre 2019, devant la cour intermédiaire, d’agression mortelle d’Ashok Kumar Khadoo. Il avait agressé cet homme croyant qu’il faisait partie de ceux qui l’avaient attaqué. Le drame a eu lieu, le 5 septembre 2013, à Roche-Bois. Sa sentence sera prononcée, le 22 octobre 2019, par le magistrat Sacheen Boodhoo. 

François Verouven, domicilié à Roche-Bois, répond devant la cour intermédiaire d’une accusation de coups et blessures ayant causé mort d’homme sans intention de tuer. La police lui reproche d’avoir agressé mortellement Ashok Kumar Khadoo. Délit commis, le 5 septembre 2013, à un arrêt d’autobus à Roche-Bois. Ce maçon de 29 ans a plaidé coupable. Il est représenté par Me Yanilla Moonshiram.

Le 2 septembre 2019, le « Police Prosecutor », le chef inspecteur Sunjay Thakoor a produit le casier judiciaire de l’accusé. Ce dernier a deux antécédents de vol. Par ailleurs, il ressort que l’accusé a fait 65 jours en détention provisoire.

Au box des accusés, François Verouven a présenté des excuses à la cour, ainsi qu’à la famille de la victime. Il a soutenu qu’il n’avait pas l’intention de « touille sa dimoune là ». Il a expliqué son acte : « Sa moment là, mo ti pensé qui li faire partie sa bannes dimounes qui ti vinne attaque moi are sabre ».

Il a déclaré en cour qu’il a sous sa responsabilité sa mère, son père et son enfant de trois ans. Il a demandé à la cour d’être indulgente envers lui.

«Tabassé et volé»

Dans ses dépositions à la police, François Verouven a fait des aveux. Il a relaté les circonstances entourant l’agression de la victime. Il était 1h00 du matin, le 5 septembre 2013, lorsqu’il se rendait au travail. Quand, dit-il, il a été attaqué par deux personnes, armées de sabre. Ces dernières ont fait main basse sur Rs 1 200 qui se trouvait dans sa poche. Ses agresseurs ont ensuite pris la poudre d’escampette et l’ont laissé près de l’arrêt d’autobus. Toutefois, il a affirmé qu’il n’a pas pu identifier ses agresseurs car il faisait noir à cette heure-là.  L’accusé a précisé qu’il était couvert de bleus et se tordait de douleur.

Selon François Verouven, Ashok Kumar Khadoo se tenait tout près de l’arrêt d’autobus. Il l’a pris pour un de ses agresseurs et a commencé à le tabasser. Il voulait récupérer son argent qui était destiné pour célébrer l’anniversaire de son père.  

Après qu’il ait noté qu’Ashok Kumar Khadoo a été blessé, il a appelé la police dans le but de leur remettre son agresseur. 

La police a alors transporté Ashok Kumar Khadoo à l’hôpital. Ce dernier a rendu l’âme 18 jours après son agression. Selon l’examen post-mortem pratiqué par un médecin légiste, Ashok Kumar Khadoo est décédé à la suite d’une septicémie. 

Lors de sa plaidoirie, Me Yanilla Moonshiram a plaidé pour que son client obtienne comme condamnation des travaux communautaires en raison du délai écoulé depuis le drame. Elle a mis en avant les points suivants : que son client a plaidé coupable, qu’il a fait des aveux, qu’il a contacté la police pour venir en aide à la victime, qu’il a dénoncé son acte et s’est repenti en cour.

L’avocate a aussi souligné qu’avant de mourir, Ashok Kumar Khadoo a fait une déclaration à la police pour dire qu’il ne connaît pas l’identité de son agresseur. Elle a avancé que cette déposition a été produite en cour. De plus, Me Yanilla Moonshiram a soutenu que les agresseurs de son client sont restés introuvables.

Après les plaidoiries, le magistrat Sacheen Boodhoo prononcera le verdict le 22 octobre 2019.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !