Faits Divers

Agression mortelle d’Antish Auckloo en 2018 : Kooshesh Ramkissoon obtient la liberté provisoire

Kooshesh Ramkissoon Le jeune homme avait été interpellé suite à l’agression d’Antish Auckloo.

Arrêté dans le cadre de l’enquête sur l’agression mortelle d’Antish Auckloo en septembre 2018, Kooshesh Ramkissoon a obtenu la liberté provisoire, le mardi 21 janvier 2020, devant la Bail and Remand Court (BRC). Il devra s’acquitter de deux cautions de Rs 100 000 chacune et signer une reconnaissance de dette de Rs 500 000. 

Kooshesh Ramkissoon, âgé de 23 ans, a passé plus d’un an en détention préventive. Hormis des cautions qu’il aura à payer, le jeune homme fait également l’objet d’un couvre-feu. Il ne devra pas quitter son domicile de 20 heures à 8 heures le lendemain.

D’autre part, Kooshesh Ramkissoon aura à se présenter au poste de police le plus proche de son domicile deux fois par jour. Il ne devra en aucun cas interférer directement ou indirectement avec des témoins ou acolytes dans cette affaire. 

Ce jeune homme fait actuellement l’objet d’une accusation provisoire de meurtre devant le tribunal de Curepipe. Il avait été arrêté suite à l’agression sanglante d’Antish Auckloo. Incident survenu le 13 septembre 2018 à Quatre-Bornes. Le 24 janvier 2019, Antish Auckloo a poussé son dernier soupir après quatre mois d’hospitalisation. L’autopsie pratiquée par le chef du département médico-légal, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, et son adjoint, le Dr Maxwell Monvoisin, a attribué son décès à une septicémie.

Le prévenu avait, par le biais de son homme de loi Me Sanjeev Teeluckdharry, formulé une motion devant la Bail and Remand Court (BRC) pour sa remise en liberté conditionnelle. La police avait objecté à sa demande et avait avancé trois points d’objection : risque de fuite, interférence avec les témoins et manipulation des preuves. 

Dans son arrêt, la magistrate Najiyah Dauharry-Jeewa a statué que Kooshesh Ramkissoon avait déjà été libéré sous caution en octobre 2018 avant d’être arrêté une nouvelle fois en janvier 2019 après le décès d’Antish Auckloo. Durant ce temps, il n’y a aucune preuve indiquant qu’il avait tenté d’interférer avec des témoins, de manipuler des preuves ou qu’il avait tenté de prendre la fuite.  Pour ces raisons, elle lui a accordé la liberté provisoire.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !