Faits Divers

Agression mortelle d’Antish Auckloo en 2018 : Hansley Panchoo demeure en détention

Antish Auckloo Le jeune homme est décédé quatre mois après son agression

Hansley Panchoo avait été arrêté, en septembre 2018, à la suite de l’agression mortelle de Khoosveer Auckloo. Il restera en détention policière, sa demande de remise en liberté provisoire ayant été rejetée par la Bail and Remand Court. La police avait résisté à cette motion.

Hansley Panchoo fait face à une accusation provisoire de meurtre devant le tribunal de Curepipe. Il a présenté, par le biais de Me Gavin Glover, Senior Counsel, une demande pour sa remise en liberté conditionnelle. La police a objecté à cette motion. Trois points d’objection avaient été avancés : risques de fuite s’il est relâché, interférence avec les témoins et manipulation des pièces à conviction. 

Le magistrat Navish Jheelan, siégeant devant la Bail and Remand Court (BRC), a tranché en faveur de la police et a rejeté la demande de liberté conditionnelle de Hansley Panchoo. Il a statué qu’il n’y a aucune condition qui puisse être imposée pour réduire les risques que Hansley Panchoo ne prenne la fuite, n’interfère avec des témoins ou ne manipule les pièces à conviction.

Plusieurs témoins de la scène

Lors des débats sur la motion de Hansley Panchoo, un enquêteur avait été appelé à la barre. Il a déclaré que le prévenu avait été impliqué dans un incident au cours duquel Antish Auckloo avait été poignardé à l’abdomen. Le drame s’est déroulé le 12 septembre 2018 à Quatre-Bornes. L’enquêteur a aussi déclaré que Hansley Panchoo a nié les accusations formulées à son égard. L’officier a soutenu que plusieurs témoins ont vu Hansley Panchoo, parmi un groupe de personnes en train de tabasser Antish Auckloo.

La police est d’avis que Hansley Panchoo s’enfuira s’il est relâché, car il risque une lourde peine de prison s’il est jugé coupable. D’autre part, la police appréhende le fait qu’il n’interfère avec des témoins s’il est relâché. Ces témoins résident à proximité du domicile du prévenu.

Par ailleurs, le témoin a souligné que Hansley Panchoo manipulera l’arme utilisée à commettre le meurtre s’il est relâché. Car, il y a une probabilité qu’il sait où se trouve l’arme du crime.

Selon le magistrat Navish Jheelan, Hansley Panchoo faisait partie d’un groupe de personnes qui avait tabassé Antish Auckloo. De ce fait, c’est raisonnable de penser qu’il serait au courant où l’arme a été dissimulée. Le témoin avait d’autre part mentionné que la police a besoin de cette arme dans le but d’effectuer une analyse d’ADN pour savoir qui a utilisé l’arme.

Antish Auckloo, résidant l’avenue Berthaud à Quatre-Bornes, avait été admis à l’hôpital Victoria, à Candos, le 12 septembre 2018, après une violente agression. Le jour du drame, il se baladait dans la localité avec ses trois cousins, quand il a été pris à partie par un groupe d’individus après une bagarre.

Le 24 janvier 2019, le jeune homme a poussé son dernier soupir après quatre mois d’hospitalisation. L’autopsie pratiquée par le chef du département médico-légal, le Dr Sudesh Kumar Gungadin et son adjoint, le Dr Maxwell Monvoisin, a attribué son décès à une septicémie.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !