Actualités

Affaire Whitedot : 145 investisseurs réclament Rs 78 millions

FSC La compagnie Whitedot n’avait pas de permis d’opération délivré par la FSC.

Les investisseurs de Whitedot ont recours à la Cour suprême pour demander le remboursement de l’argent qu’ils avaient placé au sein de cette compagnie.

Dans une plainte rédigée par l’avoué Sheela Ramano et déposée en Cour suprême, 145 investisseurs déclarent être victimes du Ponzi Scheme fomenté par la compagnie Whitedot. Ce n’est qu’en 2012 que l’affaire a éclaté et qu’ils ont réalisé qu’ils avaient été victimes d’une arnaque. Ils réclament le remboursement de leur investissement, soit la somme totale de Rs 78 825 000. L’affaire sera de nouveau appelée le 29 novembre 2018 en Cour suprême. Les 145 investisseurs ont retenu les services de Mes Nawaz Dookhee, Neeven Moonesamy et Eassen Soobramanien.

Les plaignants soulignent que la firme Whitedot opérait illégalement, ne détenant aucun permis de la Financial Services Commission (FSC). Ces personnes croyaient obtenir des retours intéressants sur investissement.

Or, elles estiment avoir été dupées. Elles soulignent que des contrats d’investisseurs leur ont été proposés au moment où elles ont placé leur argent au sein de la firme. Ce document, préparé minutieusement, leur garantissait un retour sur investissements largement supérieur à celui que proposaient les banques commerciales à l’époque.

Selon les plaignants, la façon dont la société a été mise en place ne pouvait laisser planer aucun doute sur le sort réservé à leurs investissements. Ils avancent qu’ils ont été amadoués à travers une « schematic manœuvre dolosive », orchestrée par la compagnie Whitedot pour qu’ils investissent dans le Ponzi Scheme. Ils disent avoir subi des préjudices.

Rappelons que cinq personnes sont poursuivies en cour intermédiaire pour entente délictueuse dans le sillage de ce scandale. Il s’agit d’Arun Mossuddee, Bheemul Bissessur, de Govinduth Lutchman, Dylan Lutchman et Priya Soty. Ils ont tous plaidé non coupable.

Il leur est reproché d’avoir ourdi un complot pour commettre des fraudes au préjudice d’investisseurs de Whitedot. Les délits auraient été commis entre 2008 et 2013. Le procès sera appelé le 20 novembre 2018 en cour intermédiaire.