Actualités

Affaire Sunkai : la police et la FIU donnent la réplique aux plaignants 

Sunkai

La demande de 1 047 personnes « victimes » du plan ponzi de la compagnie Sunkai de Bhimla Ramloll, a été appelée, le lundi 19 août 2019, en Cour suprême. Les plaignants réclament le dégel de la somme de Rs 273 259 500. Cela, après des jugements favorables qu’ils ont obtenus pour le remboursement de leur argent placé au sein de Sunkai. La police et la Field Intelligence Unit (FIU) ont présenté deux affidavits, lors de la séance, répliquant aux plaignants. 

Ils sont 1 047 personnes à avoir saisi la Cour suprême pour réclamer le remboursement de leur argent qu’ils avaient placé au sein de la compagnie Sunkai. Les plaignants demandent ainsi à la Cour de dégeler Rs 273 259 500. Cela, après qu’ils aient obtenu des jugements favorables pour se faire rembourser. Leur demande est dirigée contre le commissaire de police (CP), le Directeur des Poursuites Publiques (DPP) et la Field Intelligence Unit (FIU), qui sont les défendeurs.

À l’appel de l’affaire, le lundi 19 août 2019, devant le chef juge Eddy Balancy, la police et la Field Intelligence Unit (FIU) ont présenté leurs affidavits répliquant aux plaignants. Me Kaviraj Bokhoree, représentant les plaignants, a demandé du temps pour pouvoir répliquer aux défendeurs. L’affaire a ainsi été renvoyée au 2 septembre 2019. 

Demande mal conçue

Dans un affidavit, juré par le constable Kunal Ramchurn, la FIU réitère sa demande à la Cour suprême à maintenir « le statu quo ». Cela, jusqu’à la fin de la procédure pénale contre Bhimla Ramloll, ancienne conseillère de la mairie de Quatre-Bornes. Et aussi d’empêcher toute dissipation des avoirs. La FIU a aussi argué que les plaignants ne sont pas les seuls à avoir investi leur argent au sein de la compagnie Sunkai.  

D’autre part, dans un affidavit juré par le constable Freddy Berty Achille, le commissaire de police (CP) souligne que la demande de ces plaignants est mal conçue car ces derniers n’ont pas respecté les articles 12 et 13 de l’Asset Recovery Act. De ce fait, la Cour n’a pas le pouvoir de « defreeze and release a judgment amount », selon le CP. 

Dans leurs plaintes, ces 1 047 personnes avaient soutenu qu’ils se sont vus promettre des retours alléchants sur investissement. Au final, ils se sont fait arnaquer.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor