Affaire Sobrinho : la vente d’une villa au cœur de l’enquête de l’Icac

Par Nasif Joomratty O commentaire
ICAC

La vente d’une villa de luxe à Alvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais, est au cœur d’un volet de l’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (Icac). Le jeudi 26 avril, une équipe de l’Icac a fait plusieurs descentes, dont l’une au siège de la compagnie Royal Park, à Pailles. D’autres entreprises, basées dans les mêmes locaux, ont été passées au crible par la commission anticorruption, dont Le Loiret Ltd.

L’Icac s’intéresse aux sociétés subsidiaires de Royal Park Ltd, pour récupérer un maximum de documents liés aux transactions immobilières. Des contrats de vente, des échanges de courriels, entre la compagnie et les clients, liés à la vente de Vango Property Ltd et à son acquisition par Alvaro Sobrinho ont été récupérés aux fins d’enquête. L’opération a duré six heures, de 10 h 30 à 16 h 30.

La commission anticorruption veut un maximum d’informations sur les transactions immobilières, dont l’une portant sur une villa de luxe de Royal Park. Vers 11 heures, elle a débarqué au siège de Royal Park et a passé au peigne fin plusieurs documents liés aux transactions immobilières d’Alvaro Sobrinho. Ce qui intéresse surtout les hommes de Navin Beekarry, ce sont les paiements effectués dans le cadre de l’acquisition des villas au complexe Royal Park, à Balaclava.

Ces documents seront étudiés par la Forensic Team de l’Icac pour comprendre les implications des divers protagonistes et vérifier si toutes les procédures ont été respectées. Les propos de Sydney Bathfield, directeur d’une société subsidiaire de Royal Park, seront épluchés par les enquêteurs. Ce dernier avait expliqué les détails de la transaction immobilière et dans quelles circonstances, il a fait la connaissance d’Alvaro Sobrinho. Assisté par Me Sailesh Seebaruth, il a remis à l’Icac des documents pour soutenir ses dires.