Live News

Affaire Raj Dayal : l’Icac recommande des poursuites formelles contre l’ancien ministre

Le bureau du Directeur des poursuites publiques devra déterminer s’il faut instruire un procès à l’encontre de l’ex-ministre de l’Environnement. Ce dernier a été inculpé de « bribery by public official ».

L’Independent Commission Against Corruption (Icac) a soumis,mardi, le dossier à charge contre Raj Dayal au bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP). La commission recommande des poursuites formelles contre l’ancien ministre de l’Environnement. Il appartiendra au bureau du DPP de décider s’il y a matière à instruire un procès ou pas. Raj Dayal avait été arrêté le mercredi 6 avril dernier à la suite de son interrogatoire au quartier général de la commission anticorruption. Il avait été provisoirement inculpé sous une charge de « bribery by public official » en violation de l’article 4 (1) (a) de la Prevention of Corruption Act. Un délit punissable d’une peine maximale de dix ans de prison.

Motion de radiation

Raj Dayal est accusé d’avoir réclamé de l’argent à l’homme d’affaires, Patrick Soobhany, le 26 mars de 2016 au siège du ministère de l’Environnement, au bâtiment Ken Lee Tower, à Port-Louis. L’homme d’affaires avait porté plainte à l’Icac en alléguant que Raj Dayal aurait sollicité une contribution de sa part pour ses activités politiques en marge de la fête Holi, en échange d’un permis Environmental Impact Assessment pour un projet immobilier à Gros-Cailloux. L’ancien ministre avait été libéré après avoir fourni une caution de Rs 15 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 300 000. Par ailleurs, son avocat, Me Avineshwur Dayal, a présenté une motion en Cour correctionnelle de Port-Louis, pour demander la radiation de la charge provisoire. Il a soutenu que la charge retenue contre son client est « frivole ». La Cour fera connaître sa décision dans les jours à venir. Raj Dayal a, au cours de son interrogatoire à l’Icac, nié avoir réclamé de l’argent à l’homme d’affaires Shaheed Nawab Soobhany, aussi connu comme Patrick Soobhany. Par ailleurs, l’ancien ministre de l’Environnement a refusé d’être confronté aux extraits de la bande-son remise aux enquêteurs par son accusateur. Raj Dayal allègue, dans sa déclaration, que Patrick Soobhany a raconté « des mensonges » à son sujet. Lors d’un point de presse tenu le 23 mars 2016, l’ancien ministre avait déclaré être victime d’un « complot » qui vise à « l’empêcher de travailler » et à « déstabiliser le gouvernement ». Raj Dayal a démissionné comme ministre de l’Environnement le 23 mars 2016, à la demande du Premier ministre, en attendant les conclusions de l’enquête de l’Icac.

Related Article

Jouer Mega Millions