Faits Divers

Affaire Gro Derek : la motion de Bruno Wesley Casimir rejetée

Le skipper avait demandé des précisions sur les accusations retenues contre lui.

Le procès intenté à Rudolf Derek Jean Jacques et Bruno Wesley Casimir se poursuit en cour d’assises. La juge Shameen Hamuth-Laulloo a tranché en faveur de la poursuite et a rejeté la motion du skipper Bruno Wesley Casimir. Ce dernier avait, par le biais de son homme de loi, réclamé des précisions sur les accusations retenues contre lui.  

Rudolf Derek Jean Jacques, aussi connu comme Gro Derek, et le skipper Bruno Wesley Casimir font face à un nouveau procès aux assises. Le procès a été repris à zéro suite au décès du juge Prithviraj Fekna. Ce dernier avait, de son vivant, présidé le premier procès et avait mis son jugement en délibéré. 

Gro Derek est accusé d’avoir livré, à deux reprises, environ six kilos d’héroïne à Seewoosing Dayal, soit en janvier et juin 2012, à Baie-du-Tombeau. Il est également accusé d’avoir, en mai 2012, remis 45 000 euros à travers des intermédiaires locaux pour financer l’importation d’héroïne de l’Afrique.

Bruno Wesley Casimir est, quant à lui, accusé d’avoir transporté des bouteilles de drogue au large d’Albion et de Baie-du-Tombeau en mars et avril 2012.

Le skipper avait, par le biais de son homme de loi, Me Alvin Juwaheer, formulé une motion réclamant des précisions sur les accusations retenues à son égard. Soit concernant la date exacte des délits allégués et la quantité exacte de drogue dont les accusations font référence. La poursuite, représentée par Me Denis Mootoo, assistant du Directeur des Poursuites Publiques, avait objecté à cette motion. 

Au cours des débats entourant la motion de Bruno Wesley Casimir, Me Alvin Juwaheer avait plaidé que ce manque de précisions dans les accusations porte des préjudices à son client. Car ce dernier n’est pas en mesure de fournir des explications plausibles et préparer sa défense, vu qu’il ne sait pas à quelle date exacte l’accusation fait référence. Dans son arrêt, la juge Shameen Hamuth-Laulloo a souligné qu’à aucun moment Bruno Wesley Casimir a montré que ce manque de précision lui cause des préjudices. La cour a noté que quand il avait été confronté à ces allégations, il avait choisi de garder son droit au silence. Et qu’il n’a jamais souhaité connaître les dates exactes des délits allégués.  La juge a tranché en faveur de la poursuite et a rejeté la motion de Bruno Wesley Casimir. Le procès se poursuivra le 26 février 2020.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !