Actualités

Affaire familiale : un père autorisé à voir sa fille uniquement sous surveillance

Cour intermediare L’affaire a été entendue en cour familiale.

Un accord a été trouvé, en cour familiale, entre les parents divorcés d’une fille de 12 ans. Le père, contre lequel pesait des allégations d’attouchements sexuels sur la fillette formulées par son ex-femme, pourra rendre visite à l’enfant tous les vendredis au Probation Office, sous la surveillance d’un Probation Officer.

L’affaire a été appelée devant la juge Nalini Matadeen le 22 octobre 2018. Ce sont Me Bibi Shenaz Atherton, l’avocate du père et Me Rubna Daureeawooo-Daoud, qui représente la mère, qui ont informé la Cour qu’un accord avait été trouvé entre les parties. Celui-ci a été ratifié par un jugement de la cour familiale. L’instance a ordonné une enquête sociale pour voir si cet arrangement est respecté. L’affaire sera de nouveau appelée le 27 novembre 2018.

Le 11 novembre 2016, la juge Rita Teelock avait accordé le divorce et la garde de la fillette à la mère. Le père, qui était employé dans une société de transport, avait ensuite entré une action en Cour pour obtenir la garde de l’enfant.

Sauf que la pétition de divorce de la mère contenait de graves allégations contre le père. Elle l’a accusé de visionner des films à caractère obscène devant l’enfant. Elle a aussi allégué qu’un jour, il aurait tenté de commettre des attouchements sur la fillette alors que celle-ci prenait son bain.  

Des accusations qu’a récusées le père. Il a expliqué que les ennuis au sein de leur couple ont commencé quand les parents de son ex-femme ont commencé à s’ingérer dans leur vie. « Mon ex-épouse a raconté des mensonges pour me priver de mon droit de visite », a-t-il déclaré.

Lorsque la jeune femme a quitté le toit familial pour vivre avec le père de son enfant, elle avait 18 ans. Ils se sont ensuite mariés civilement. L’homme avait alors 31 ans et la femme 19 ans. De leur union est née leur fille. C’était le 2 mai 2006.