Actualités

Affaire des jumelles : le couple Sookun envisage des actions légales contre la Santé 

sookun Neha et Akash Sookun déplorent le fait que le rapport du Fact-Finding Committee ne sera pas rendu public.

Neha et Akash Sookun sont anéantis. Le mince espoir qu’ils avaient quant à la présence d’un second bébé au moment de l’accouchement le 16 mars dernier s’est envolé. Le Fact-Finding Committee (FFC) a conclu que la jeune mère a accouché d’un seul bébé. Le couple envisage de solliciter un avis légal pour décider de la marche à suivre. 

« Nous sommes déçus », a déclaré d’emblée Akash Sookun à l’issue de la rencontre que son épouse et lui ont eue avec le ministre de la Santé Anwar Husnoo, le vendredi 30 novembre 2018. « On ne s’attendait pas à un tel dénouement », a-t-il ajouté. 

Ce que déplore le couple, en revanche, c’est que le rapport ne sera pas rendu public. « Si vraiment il n’y a rien de compromettant, pourquoi le ministre ne veut pas rendre le rapport public ? » se demande Akash Sookun. « Le gouvernement doit rendre des comptes à la population. Il doit lui donner des détails sur les conclusions du rapport afin qu’un tel incident ne se reproduise pas. » 

Un des médecins a été transféré, tandis que l’autre a fait valoir son droit à la retraite. Le couple souhaite savoir qui a vu qu’il y avait deux fœtus. « Sept médecins sont impliqués. À qui imputer la faute ? » demande-t-il. 

Du côté du ministère de la Santé, une source proche du dossier a indiqué que le FFC, mené par Me Carole Green-Jokhoo qui est assistée du Dr Ramesh Oodit, spécialiste en obstétrique et gynécologie, et de Doonunjoy Dassaye, Deputy Permanent Secretary  au ministère, contient plusieurs recommandations.

Un gynécologue : « Une erreur de diagnostic est impensable »

« Il est difficile de croire qu’une telle erreur ait pu se produire avec toute la technologie qui existe aujourd’hui. » C’est ce que nous a expliqué un gynécologue qui exerce dans le privé. Il ajoute que le médecin qui a fait le diagnostic et qui a annoncé au couple qu’il attendait deux enfants a « fait une erreur ». Selon lui, à 14 semaines de gestation, le médecin aurait déjà dû avoir constaté qu’elle n’attendait qu’un bébé. « Personne ne peut manquer un diagnostic à cette date, sauf par négligence ou par incompétence », estime-t-il. Selon lui, ce type d’erreur était possible dans le passé. C’est ce qu’on appelle, dit-il, l’effet « miroir » ou « banane ».