Live News

Affaire de faux passeports : les douze Congolais expliquent leur geste

passport

Douze Congolais sont poursuivis en cour intermédiaire pour falsification de la carte d’identité nationale mauricienne dans le but d’obtenir le passeport mauricien. Tous ont plaidé coupables. Ils ont relaté les circonstances qui les ont amenés à commettre ces délits entre le 11 octobre 2016 et le 14 mars 2018.

Le procès intenté à ces six hommes et six femmes s’est déroulé en cour intermédiaire le jeudi 1er novembre, devant la magistrate Darshana Gayan. Il s’agit de Hervé Bosalo Bosette (26 ans), Fiston Masamba (25 ans), Tadimanoja Helene Omba (23 ans), Francis Balengola Emeli (25 ans), Gedeon Nzema (21 ans), Abdoul Camara (22 ans), Ndosi Sarah Nzema (23 ans), Julie Nzema (19 ans), Christel Bahaha Selemani (27 ans), Nerline Mputi Ndata (31 ans), Bijou Omakoyi (28 ans) et Murphy Kitenge Luamba (27 ans).

Une accusation de « making a statement knowing to be false » a été logée contre les neuf premiers nommés. Les trois derniers sont accusés de « giving false name for the purpose of obtaining an identity card ». 

Dix témoins, tous des officiers du Central Criminal Investigation Department (CCID), ont été appelés à la barre. Ils ont produit les dépositions de onze des prévenus. Le procès a été ajourné au 8 novembre 2018 en  raison de l’absence de deux témoins. Ceux qui étaient présents ont confirmé que les Congolais ont collaboré avec la police après leur arrestation.

Ce sont les officiers de la section Production du Passport and Immigration Office qui avaient décelé la fraude. Les Congolais s’adonnaient à la falsification de documents de l’état civil. Ils sont soupçonnés d’avoir falsifié des documents du gouvernement congolais pour permettre à leurs compatriotes d’obtenir par descendance une carte d’identité mauricienne et ensuite le passeport mauricien.

Lors d’une perquisition dans la maison où résidaient les Congolais à Curepipe, les enquêteurs avaient saisi plusieurs articles, notamment du papier, de l’encre, des machines à écrire, des sceaux portant l’emblème des autorités congolaises ainsi que des photocopieurs.