Actualités

Affaire Boskalis : l’avocat de Siddick Chady parle de simulacre de procès

Siddick Chady Siddick Chady arrivant en cour.

Le procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa a repris le mardi 6 août 2019. Après le réquisitoire de la poursuite, c’est maintenant au tour de la défense d’entrer en scène. Me Said Toorbuth a lancé la contre-offensive au nom de son client Siddick Chady. Celui-ci est accusé d’avoir touché Rs 3 millions de pot-de-vin. 

Après le réquisitoire de la poursuite, place à la plaidoirie de Me Saïd Toorbuth. L’ancien président de la Mauritius Ports Authority (MPA) est poursuivi devant la cour intermédiaire aux côtés de Prakash Maunthrooa, ancien Senior Adviser au bureau du Premier ministre (PM). Ils sont accusés respectivement de corruption et d’entente délictueuse. 

Cela dans l’allocation d’un contrat à la firme néerlandaise Boskalis International bv en 2006 pour des travaux de dragage dans le port. Travaux estimés à Rs 439 millions. La firme hollandaise aurait accordé des pots-de-vin de Rs 3 millions à l’ancien patron du port avec la complicité de l’ancien conseiller au bureau du PM. Les deux prévenus plaident non coupable. 

D’emblée, Me Saïd Toorbuth est revenu sur le procès qui fut intenté à Maurice à la compagnie Boskalis International bv. La firme néerlandaise et sa filiale Baggermaatschappij, avaient été condamnées, le 27 septembre 2013, à payer une amende de Rs 20 000 chacune pour entente délictueuse dans l’affaire. Leurs représentants, les deux Néerlandais Jan Cornelis Haak et Antonius Theodorus Johannes Wilhelmus de Goede, s’étaient déplacés à l’île Maurice en 2013 pour déposer dans le cadre d’un procès contre leur firme. Mais la cour intermédiaire n’a pu prononcer une sentence à l’accusation de « bribery for procuring contracts » en vertu de l’article 12 (1) de la Prevention of Corruption Act (PoCA), car cette loi prévoit une peine maximale de 10 ans de prison. Et cette instance judiciaire avait statué qu’elle ne pouvait, pour des raisons pratiques, condamner des compagnies à la prison sous la PoCA. 

Procès que Me Saïd Toorbuth devait qualifier de « simulacre » mardi. L’avocat a critiqué « la manière dont les poursuites ont été initiées contre Boskalis et la façon dont les représentants ont plaidé coupable ». L’homme de loi s’est interrogé sur la nécessité d’avoir accordé l’immunité aux représentants de la firme.  

Rappelons que les deux Néerlandais ont témoigné via visioconférence contre Siddick Chady et Prakash Maunthrooa.  

Par ailleurs, Me Saïd Toorbuth a évoqué des irrégularités dans la procédure engagée contre Siddick Chady. Notamment le fait qu’il est poursuivi en son nom personnel et non en tant que la personne concernée par la gestion de la compagnie Blockbuster Video Network. L’avocat a invité la cour à rayer les six accusations retenues contre l’ancien patron du port. 

Me Rashid Ahmine : « Credit should be given to Boskalis »

Mardi matin, Me Rashid Ahmine, l’adjoint au Directeur des poursuites publiques (DPP), qui représente, avec Me Jean Michel Ah Sen, Principal State Counsel, la poursuite dans le procès, a terminé son réquisitoire. Il a notamment souligné le fait que Boskalis a admis avoir payé des pots-de-vin dans l’affaire en venant plaider coupable à Maurice. « Mieux vaut tard que jamais » a-t-il déclaré. Me Rashid Ahmine a soutenu que La firme avait initialement démenti tout acte de corruption. « Credit should be given to Boskalis » a-t-il ajouté.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !