Live News

Affaire Bal Kouler : la défense souhaite que Patrick Soobhany soit appelé à la barre

Raj Dayal L’ex-ministre de l’Environnement est accusé de corruption dans le cadre de l’affaire Bal Kouler.

La défense souhaite que la poursuite appelle Patrick Soobhany à la barre avant le passage d’autres témoins. Le but étant d’établir l’authenticité de la bande sonore. C’est ce qu’a déclaré Me Ravi Rutnah en cour intermédiaire, le jeudi 15 novembre, dans le sillage du procès intenté à son client, l’ex-ministre Raj Dayal, pour corruption.

«Everything will be resolved if the prosecution gives us Mr Soobhany on a plate… » C’est ce qu’a déclaré Me Ravi Rutnah, l’avocat de la défense,  le jeudi 15 novembre en cour intermédiaire dans l’affaire Bal Kouler. Dans le cadre du procès intenté à son client, l’ex-ministre de l’Environnement Raj Dayal, pour corruption, l’homme de loi a déclaré qu’il souhaite appeler Patrick Soobhany, auteur de l’enregistrement audio que la poursuite veut produire comme pièce à conviction. « Il doit être appelé avant les autres témoins pour le bon déroulement du procès, afin de permettre à la Cour de déterminer l’authenticité de cette bande », a indiqué Me Ravi Rutnah.

Jeudi, c’est Kamil Dawood Mahomed, Digital Forensic Investigator de l’Independent Commission against Corruption (Icac), qui a été appelé à la barre des témoins. Il avait pour tâche de récupérer la bande sonore du téléphone portable de Patrick Soobhany et de la copier sur un CD, ainsi que de transcrire la conversation de 20 minutes et sept secondes.

« Conversation was very cordial »

« Patrick Soobhany, son avocat Me Yousuf Mohamed et un officier de l’Icac étaient venus à mon laboratoire pour cet exercice. Patrick Soobhany a demandé à réécouter la bande sonore en présence de son avocat afin d’identifier les voix qui y figurent », a expliqué le témoin avant d’ajouter : « It was a conversation between two male persons and which was occasionally interrupted by other persons. The kreol language was being used and sometimes some english words. At a later part, the conversation was between two persons only and there was no interruption. The conversation was very cordial. They seemed to know what they are talking about… »

Le témoin a souligné que l’enregistrement ne paraît pas avoir été manipulé. « It doesn’t seem so. It was very fluent and there was no variance in the tonality. The frequency in which they were talking was constant… »

En début de séance, Me Medaven Armoogum, Senior State Counsel, a mentionné la position de la poursuite à la suite de la demande des magistrats. Le 9 novembre 2018, ils avaient demandé à la poursuite d’indiquer si elle insisterait sur la production de la bande sonore afin d’éviter une « duplicity of evidence » et l’ordre dans lequel elle appellerait les témoins. L’avocat de la poursuite a indiqué avoir considéré la requête de la Cour et qu’il produira la bande sonore « at a later stage ».  

Selon l’Icac, Raj Dayal aurait sollicité, en 2016, une contribution financière de Saheed Nawab (Patrick) Soobhany pour des activités dans la circonscription Flacq/Bon-Accueil en marge de la fête Holi. En échange, l’ancien ministre approuverait la demande de permis Environmental Impact Assessment faite par l’homme d’affaires pour un projet de morcellement à Gros-Cailloux. Raj Dayal plaide non coupable.