Actualités

Affaire Bal koulèr : la bande sonore fait débat 

raj dayal L’ex- ministre Dayal est poursuivi pour corruption.

Raj Dayal, l’ex-ministre de l’Environnement, a été appelé le vendredi 9 novembre 2018, en cour intermédiaire, suite au procès pour corruption intenté contre lui.  Les magistrats Sacheen Boodhoo et Darshana Gayan ont affirmé que leur ruling est toujours à l’étude et sera connu le 15 novembre 2018. Entre-temps, la poursuite devra faire connaître sa position sur la production de la bande sonore en cour.   

Le ruling de la cour intermédiaire entourant la motion de la défense dans le cadre du procès intenté à l’ex-ministre, Raj Dayal était attendu le vendredi 9 novembre 2018. Or, à l’appel de l’affaire,  les magistrats Sacheen Boodhoo et Darshana Gayan ont fait savoir que le ruling est « still under consideration ».

Parallèlement, ils ont demandé à la poursuite de faire savoir si elle compte insister sur la production de la bande sonore en cour afin d’éviter une « duplicity of evidence ». Et aussi de préciser dans quel ordre elle compte assigner des témoins. La poursuite, représentée par Me Medaven Armoogum, Senior State Counsel, fera part de sa position le 15 novembre 2018. 

Lors de la précédente séance, la défense avait signifié son intention de contre-interroger trois témoins dans le cadre de sa motion d’ouï-dire. La poursuite ayant objecté, la cour est appelée à statuer sur la motion de la défense.  

Rappelons que Me Ravi Rutnah, l’avocat de Raj Dayal, avait contesté la production d’un enregistrement qui contient la conversation entre Raj Dayal et l’homme d’affaires Patrick Soobhany. Il a soutenu que l’enregistrement a été produit de façon illégale et a été manipulé. 

L'ancien ministre de l'Environnement est accusé de corruption devant la cour intermédiaire. Selon l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), il aurait sollicité, en 2016, une contribution financière de l’homme d’affaires, Saheed Nawab (Patrick) Soobhany pour réaliser des activités dans la circonscription Flacq/Bon-Accueil en marge de la fête Holi. En échange, l’ancien ministre allait approuver la demande de permis Environmental Impact Assessment (EIA) logée par l’homme d’affaires pour un projet de morcellement à Gros-Cailloux. Raj Dayal plaide non coupable.