Politique

Affaire Ameenah Gurib-Fakim - Pravind Jugnauth : «Mo pou get l’evolution avan»

Pravind Jugnauth et Ameenah Gurib-Fakim

Le Premier ministre a commenté pour la première fois la polémique autour de la présidente de la République. Pravind Jugnauth a répondu aux questions de la presse le samedi 3 mars à l’issue de la réunion du bureau politique du MSM, au bâtiment Sun Trust.

«Kan nou okip post presidan, premie minis ou minis, mo panse ki nou bizin fer bien atansion kan nou azir. Mo panse nou bizin pran prekosion, sirtou kan ena utilizasion kart… Parski lerla li amenn spekilasion. » C’est ce qu’a déclaré Pravind Jugnauth à la presse sur la polémique entourant la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim. Une vague de critiques déferle depuis la publication  d’articles concernant des dépenses qu’elle aurait effectuées à travers une carte de crédit mise à sa disposition par l’ONG Planet Earth Institute en 2016.

Pravind Jugnauth, leader du Mouvement socialiste militant (MSM), a indiqué que le sujet avait été abordé lors de la réunion du Bureau politique du parti le samedi 3 mars.  « Nou ena enn rol an tan ki premie minis ou presidan. Nou bizin kone ki nou fer », a-t-il déclaré.

Compte-t-il mettre sur pied un comité d’enquête indépendant pour faire la lumière sur cette affaire ? Le chef du gouvernement a dit attendre de voir comment évoluaient les choses avant de se prononcer davantage. « Seule la Présidente est en mesure de dire ce qu’il en est », a-t-il ajouté.

Pravind Jugnauth a dit avoir noté que la présidente de la République avait réagi, le  vendredi 2 mars. Ameenah Gurib-Fakim a donné 24 heures au journal en question pour prouver l’authenticité des documents qu’il a publiés. « En d’autres mots, elle laisse entendre que ces allégations sont mensongères et qu’on se sert de cela pour ternir son image. Elle a lancé un ultimatum au journal pour établir l’authenticité des documents. [...] Nou get levolision… », a-t-il fait ressortir.

À une autre question, le chef du gouvernement a affirmé qu’il n’était pas en mesure d’authentifier les documents  publiés, car il n’a pas accès aux relevés bancaires de quiconque. « Un journal ne peut authentifier des documents, seule une banque est apte à le faire. Je laisse le soin à la Présidente de s’expliquer sur l’utilisation de cette carte bancaire si elle le souhaite », a-t-il dit .

Il a également répondu à une question concernant à la motion de blâme déposée par le chef de file du Parti Travailliste à l’Assemblée nationale, Shakeel Mohamed, contre Ameenah Gurib-Fakim. « Mo ava pran connaisance de sa. Nou ava gete…Un chose est sûre, on en discutera au niveau du parti et au sein du comité parlementaire », a-t-il indiqué.

Mouvement socialiste militant : le BP souhaite le départ de la Présidente si les documents publiés sont authentifiés

La polémique dans laquelle se retrouve mêlée la présidente de la République a été longuement abordée lors de la réunion du bureau politique (BP) du Mouvement socialiste militant (MSM), samedi, au Sun Trust.

Tous ont été unanimes sur un point : Ameenah Gurib-Fakim doit soumettre sa démission si les documents publiés dans la presse s’avèrent authentiques. « Tous les intervenants se sont accordés sur le fait qu’elle doit s’expliquer et laver son honneur. Elle ne peut plus continuer à s’enfermer dans son mutisme. C’est dans son intérêt et celui du pays d’éclaircir la situation », affirme un membre du bureau politique orange.

Mais, la prudence était de mise du fait que rien ne permettait pour le moment d’authentifier les documents en question. Certains membres du bureau politique ont souligné qu’il y a déjà eu des cas où de faux documents ont circulé sur la Toile et qu’il fallait donc faire preuve d’une certaine prudence.

Lors des discussions, il a été clairement établi qu’Ameenah Gurib-Fakim devait quitter la State House si les documents publiés étaient authentiques. Par contre, la question d’enclencher une procédure de destitution n’a pas été abordée.

Un autre aspect discuté lors de cette réunion concerne la publication de documents bancaires dans un journal. Au niveau du bureau politique, l’on a exprimé des inquiétudes du fait que de telles informations puissent fuiter dans la presse et l’on est d’avis que de tels manquements peuvent nuire au secteur financier.