Affaire Alvaro Sobrinho : l’opposition réclame une commission d’enquête

Par DEFIMEDIA.INFO . O commentaire
Patrick Assirvaden, Alan Ganoo et Ajay Gunness.

Une commission d’enquête.

C’est que réclament les partis de l’opposition dans l’affaire Alvaro Sobrinho, lorsque la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, démissionnera de son poste le vendredi 23 mars.

Le président du Mouvement patriotique (MP), Alan Ganoo, est catégorique. « Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, doit mettre sur pied une commission d’enquête pour faire la lumière sur l’affaire Alvaro Sobrinho. Car, celle que la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, voulait instituer est devenue maintenant caduque avec sa démission prochaine », indique le président du MP. 

Selon Alan Ganoo, « c’est l’affaire Sobrinho qui a précipité la chute de la présidente de la République.  » Celle-ci a déjà soumis sa démission à la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, qui prendra effet le 23 mars à midi.

Éléments troublants

Le président du MP soutient qu’il y a eu des éléments troublants dans l’affaire Sobrinho, que cette affaire avait fait l’objet d’une Private Notice Question (PNQ)  à l’Assemblée nationale et qu’il y a eu aussi des « pressions » sur la Financial Services Commission (FSC). « Nous voulons connaître la vérité dans l’affaire Sobrinho et une commission d’enquête aidera à connaître les dessous de cette affaire », maintient Alan Ganoo.

Tout comme le MP, le Parti travailliste (PTr) est pour une commission d’enquête instituée par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. C’est ce qu’a déclaré Patrick Assirvaden au Défi Quotidien. Pour le président du PTr, il faut arrêter les rumeurs et il souhaite que la lumière soit faite dans cette affaire.  « Il y a plusieurs choses qui ont été dites. Si le Premier ministre n’a rien à cacher, alors  pourquoi ne pas instituer une commission d’enquête pour établir la vérité  », lance le président du PTr.

Le secrétaire du Parti mauricien social democrate (PMSD), Mahmad Kodabacus, est lui aussi pour  une commission d’enquête. Pour le PMSD, il faut connaître les dessous de l’affaire. « Tout le monde veut connaître la vérité. Et une commission d’enquête apportera la lumière », soutient Mahmad Kodabacus.  

Pour le  secrétaire général du Mouvement Militant Mauricien (MMM), Ajay Gunness, la présidente n’avait d’autre choix que de soumettre sa démission, surtout après qu’elle a voulu mettre sur pied une commission d’enquête. Elle est la garante de la Constitution et elle l’a violée, soutient le secrétaire du MMM. Ce dernier est pour une commission d’enquête.

« Le gouvernement ne doit pas penser qu’il va se tirer d’affaire. Il faut savoir toute la vérité sur le traitement VIP et les voitures. On se demande si Ameenah Gurib-Fakim va venir dévoiler toute la vérité après sa démission », souligne-t-il. Ce dernier fait état du fait que si le gouvernement ne met pas une commission d’enquête en place, la présidente doit tout dévoiler sur l’affaire Alvaro Sobrinho, avant de partir le 23 mars.