Actualités

Aditish Oogarah : du faste à l’excès

Aditish Oogarah Aditish Oogarah

Aditish Oogarah s’est retrouvé pour la première fois sous les projecteurs, quand il a dû gérer la mise en liquidation de la compagnie de sa mère, Airway Coffee, en 2016. Cette semaine, il s’est fait arrêter pour des affaires de drogue. Ceux qui l’ont côtoyé se disent étonnés par la nouvelle, alors que d’autres estiment qu’il montrait des signes d’excès depuis plusieurs années déjà.

«C’était un bon garçon. » Verdict de Sanjive, père d’Aditish Oogarah. Ce dernier a été arrêté le mardi 12 mars par des officiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (Adsu) pour trafic de drogue, alors qu’il était à Floréal. Un développement qui a étonné son père, bien qu’ils n’aient pas été en contact depuis longtemps. Son fils n’avait pas d’histoire, quand il était petit. D’autres, qui ont côtoyé le jeune homme, suggèrent toutefois que la proximité au pouvoir et une ascension fulgurante à travers les relations de sa mère, Nandanee Soornack, ont peut-être joué un rôle.

« Je ne me serais jamais attendu à quelque chose de ce genre », confie son père à Le Dimanche/L’Hebdo. « Il était tellement tranquille. » Il avoue ne pas pouvoir expliquer ce qui est arrivé. « C’est mon fils, mais il n’habite pas chez moi. Il est sous la responsabilité de sa mère », ajoute-t-il. « Peut-être est-ce à cause de ses fréquentations… »

Le Dimanche/L’Hebdo a interrogé un ancien partenaire de Nandanee Soornack, sous le couvert de l’anonymat, pour en savoir plus sur Aditish Oogarah. Il partage l’avis du père. « Il m’a toujours fait l’impression d’un bon garçon bien calme, bien respectueux », explique cette source. « Il n’était pas du genre à faire parler de lui, il était toujours relax dans son coin. Je ne l’ai jamais entendu lever le voix. »

Il confirme toutefois qu’Oogarah a connu un changement de statut du jour au lendemain : « À l’époque où il est devenu directeur d’Airway Coffee, il touchait un salaire de Rs 70 000 à Rs 100 000. Il était encore trop jeune pour toucher une telle somme. »

Un activiste du Parti Travailliste, qui a fréquenté le jeune homme pendant la campagne électorale de 2010, a toutefois une opinion diamétralement opposée d’Aditish Oogarah. « J’ai voyagé avec lui, dans sa Rav4 en 2010, pour aller chercher à manger pendant la campagne », explique notre deuxième source. « Quand j’ai appris ce qui lui était arrivé, cela ne m’a pas surpris. J’avais compris, à sa manière de conduire, avec sa bouteille de bière à sa droite, quel était son tempéremment. » Selon cette source, Aditish Oogarah agissait comme une personne consciente d’être un « fils de » et d’être proche du pouvoir politique de l’époque.

D’ailleurs, dans les rangs de l’opposition, on surveillait de près ses activités, quand il est entré dans le monde des affaires. Le 5 mai 2014, il crée notamment Jhax Catering, dont il est l’unique actionnaire. À l’époque, sa mère était déjà installée à l’aéroport et on s’attendait alors à ce que Jhax Catering emboîte le pas à Airway Coffee pour assurer le catering des autres services de l’État, dont celui du Parlement.

C’est également le 19 mai 2014 que Rakesh Gooljaury, actionnaire d’Airway Coffee, transfère 150 actions à Aditish Oogarah. Ce transfert mettra l’homme d’affaires en minorité dans l’actionnariat, alors qu’au départ, il en était le plus important. Le 21 mai 2014, Aditish Oogarah revient alors sur le conseil d’administration, après l’avoir quitté le 15 juin 2011.

Suite à la fuite de sa mère à Parme, en Italie, après les élections de 2014, Aditish Oogarah avait un rôle plus important à jouer dans la compagnie. Il faisait partie de ceux qui devaient gérer la crise d’Airway Coffee, quand l’aéroport a réclamé des loyers et factures impayées depuis juillet 2011. Malgré des batailles légales, la compagnie est mise en liquidation le 5 mai 2016, quand la cour commerciale conclut qu’elle ne pourra honorer ses dettes de Rs 110 millions.