Live News

Acquisition de terrains pour le Metro Express - Le ministre Anwar Husnoo : «J’ai refusé l’offre initiale de Rs 6 M»

Anwar Husnoo Anwar Husnoo

Le principal concerné brise le silence et s’explique sur le montant de Rs 15 millions qu’il a reçu par l’état pour une partie de son terrain à Trianon. Le ministre Anwar Husnoo décortique le fil des événements.

«En tant que citoyen, j’ai contesté leur évaluation comme préconise la Land Compulsory Acquisition Act. » Tels sont les propos du ministre Anwar Husnoo qui s’explique sur l’acquisition d’une partie de son terrain par l’État. L’élu de la circonscription Port-Louis Maritime /Port-Louis Est (no 3) explique que le 14 janvier 2014, le Senior Chief Executive du ministère du Logement et des Terres lui a adressé une correspondance l’informant qu’en vertu de la loi, son terrain situé à Sodnac, Trianon, d’une superficie de 1 272 mètres carrés, fait l’objet d’une procédure de Land Compulsory Acquisition dans le cadre du projet Metro Express. « Par la suite, le ministère m’a informé qu’il prendra uniquement 897 mètres carrés. »  

Le ministre précise que le 17 février 2014, une autre correspondance du ministère indique qu’un Land Surveyor viendra évaluer son terrain. « Le 3 avril 2014, j’ai reçu une autre lettre pour m’informer des recours en cas de contestation. Le 30 septembre 2014, j’ai été informé que la portion de mon terrain est évaluée à Rs 6 375 000. Le 22 octobre de cette même année, j’ai répondu par lettre que je n’étais pas d’accord et je leur ai donné deux options : (i) que le ministère m’accorde un montant que j’ai évalué ou (ii) qu’il me donne un autre terrain d’une valeur équivalente », dit-il.

Le prix maintenu en 2016

Deux ans plus tard, soit le 16 septembre 2016, le ministère lui a adressé une autre correspondance indiquant qu’il maintient le montant de son évaluation à Rs 6 350 000. Mais le ministre Husnoo a refusé cette offre dans une lettre adressée le 26 septembre 2016. Il a précisé que son terrain valait plus que ce qui lui avait été proposé. « En mai 2017, j’ai contacté mes hommes de loi pour contester formellement l’évaluation qui a été faite par le ministère. Le 6 septembre 2017, le ministère m’a informé que mon dossier a été référé au Board of Assessment comme le préconise la loi. C’est faux de dire que j’ai obtenu Rs 15 millions pour les 897 mètres carrés.

Le 2 février 2018, le Board a précisé que Rs 6,8 millions me seront accordées pour les 897 mètres carrés et Rs 4,8 millions pour la Loss in Value du terrain restant. Le Board, présidé par la juge Aruna Narain, a aussi pris en considération de lapse du temps et les frais légaux. Le calcul de Rs 16 833 par mètre carré n’est pas correct », indique le ministre Husnoo.

Terrain de 4 220 m2

C’est en août 2013 que le ministre Husnoo a acheté ce terrain de 4 220 mètres carrés pour la somme de Rs 19 millions. Le nom d’Anwar Husnoo figure parmi les 42 personnes qui ont été compensées par l’État pour l’acquisition des terrains. Ce document a été déposé à l’Assemblée nationale par le ministère du Logement et des Terres. Cette affaire avait été évoquée lors du Committee of Supply où le député du Mouvement militant mauricien, Aadil Ameer Meea avait interrogé le ministre du Logement et des Terres, Mahen Jhugroo, sur les acquisitions de terrains pour le projet Metro Express.


Hassan Miyan, arpenteur : « Rs 150 000 la perche à Trianon »

L’arpenteur Hassan Miyan affirme que payer Rs 15 millions pour 897 mètres carrés est énorme. « Ce n’est pas le prix pratiqué. L’État a payé le double pour cette portion de terre », précise-t-il. L’arpenteur affirme par la même occasion que, récemment, quelqu’un vient de vendre son terrain dans la région de Trianon à Rs 15 millions l’arpent. Ce qui revient à Rs 150 000 la perche.

Le directeur d’une agence immobilière, qui a souhaité garder l’anonymat, souligne que le prix que le ministère du Logement et des Terres a payé ne reflète pas la valeur pratiquée en 2014. « Dans la région de Flic-en-Flac, avec toutes les infrastructures, le prix, c’est Rs 30 000 la toise alors que le ministère a payé près de Rs 60 000 la toise » souligne-t-il. Ce directeur indique que dans le métier il y a l’assessment of dissimilarities que plusieurs ne prennent pas en considération. « Le prix pratiqué par toise dans les environs de la Cybercité et Trianon, en 2013/14, était de Rs 15 000 et cela dépendant de l’emplacement du terrain », précise-t-il.
Ashwin Kanhye