Live News

Achats via Facebook : les arnaques s’amplifient

Il est autorisé de vendre un produit de seconde main. Nul n’a besoin d’un permis pour revendre des vêtements qu’ils n’utilisent pas. Le problème se pose depuis que plusieurs personnes ont créé des groupes privés sur Facebook pour revendre des produits qu’ils achètent eux-mêmes sur Internet. Modus operandi : La photo d’un vêtement, d’une paire de chaussures ou d’un portable est postée sur Facebook et les personnes qui sont intéressées informent l’administrateur. Celui-ci explique que le produit sera livré dans quatre à six semaines, après un premier paiement. Il importe alors le produit. 

Plusieurs commerçants ne trouvent rien à dire concernant cette pratique. D’autres s’inquiètent, car ces personnes n’ont pas de permis de commerçants, ne payent pas de taxe ni des frais à la douane. Ce qui embête ceux qui doivent régler plusieurs frais pour mener à bien leur commerce. 

« Nous, nous avons le loyer à payer, les frais d’électricité, des salaires et beaucoup de taxes et eux, ils ne payent rien, pourtant ils vendent ces vêtements aussi chers que les nôtres. Ils se font des fortunes et les autorités ne leur réclament aucune explication. Ce n’est pas normal. Les consommateurs sont les plus grands perdants, car ils payent parfois cinq fois plus cher pour une robe ou une paire de chaussures », dit un commerçant de la capitale. « Après les marchands ambulants, voilà que nous devons faire face à d’autres compétiteurs. »

Nitish fait partie des 20 000 membres d’un de ces groupes secrets. « Je suis content de rester chez moi et de regarder ce qu’ils ont à proposer sans me déplacer. C’est vrai qu’on ne peut ni toucher ni constater la qualité du produit. Je ne commande jamais rien de coûteux et jusqu’ici, je suis plutôt satisfait. Par contre, je trouve que certains exagèrent concernant les prix », témoigne-t-il.

Marie, une habitante de Curepipe, n’a pas été aussi chanceuse. « J’ai acheté des chaussures dans un des groupes Facebook à Rs 1 200. J’avais pourtant bien demandé de quel pays provenaient les produits. Mais on m’a menti et lors de la livraison, j’ai constaté que la qualité laissait à désirer. Quand je les ai essayées, les talons ont cédé. J’étais vraiment déçu et surtout très en colère, car le vendeur a refusé de me rembourser en disant que tous les produits vendus ne peuvent pas être échangés ou remboursés. »

Voici les recommandations d’Amita Guness de la Consumer Affairs Unit, concernant ces ventes. « Nous encourageons les consommateurs à dénoncer ces personnes. S’ils viennent vers nous, nous allons les écouter, puis leur indiquer les démarches à entreprendre. Car non seulement les droits du consommateur sont lésés, mais ces personnes opèrent dans l’illégalité et elles n’offrent pas de garantie. C’est de l’arnaque ! »

internet
Plusieurs personnes se sont fait avoir. 

 

  • The news 218i Gran Coupé

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !